Carte d'identité Tanzanie

- Nom officiel : République unie de Tanzanie. Tanzanie est un mot formé pour illustrer l'union (le 26 avril 1964), au sein d'un même pays (la République unie de Tanzanie), du Tanganyika et de Zanzibar. TANganyika + ZANzibar = TANZANie.

- Superficie : 947 303 km².
- Population : environ 50 millions d'habitants (estimation 2014).
- Espérance de vie : 65 ans.
- Taux d’alphabétisation : 80 %.
- Indice de développement humain : 0,521 (151e rang mondial sur 187).
- Langues courantes : kiswahili, anglais.
- Capitale administrative : Dodoma (240 000 habitants).
- Capitale économique : Dar es-Salam (4 300 000 habitants).
- Monnaie : le shilling tanzanien.
- Régime : présidentiel, parlementaire et multipartite.
- Chef de l'État : John Magufuli (depuis 2015).
- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : la zone de conservation du Ngorongoro, les ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara, le parc national du Serengeti, la réserve de Selous, le parc national du Kilimandjaro, Stone Town (Zanzibar) et les sites d'art rupestre de Kondoa.

Économie

Avec ses infrastructures insuffisantes, son taux d'analphabétisme encore élevé, son manque de personnel qualifié, ses conditions sanitaires limitées, la Tanzanie est un pays très pauvre.
Cependant, grâce à une politique de libéralisation, l'économie tanzanienne a amorcé un réel décollage. Le taux de croissance du PIB stagnait autour de zéro, a atteint en moyenne 6,5 à 7 % ces dernières années. Le PIB par habitant atteignait 945 $ (on peut le multiplier par 2 pour avoir l’équivalent en termes de parité de pouvoir d’achat).

Toutefois, 70 % de la population vit avec moins de 2 $ par jour. C’est surtout grâce au régime démocratique multipartite et à la libéralisation des structures économiques que l’on doit ce nouveau démarrage, mais l’économie du pays tout entier reste largement dépendante de l’aide.

Agriculture

Même si les conditions climatiques et la géographie du pays limitent l'agriculture sur seulement 16,4 % du territoire, correspondant aux terres arables, l'économie est lourdement dépendante du secteur agricole. Il représente 85 % des volumes d’exportation et emploie 70 % de la main-d’œuvre, contribuant à 28 % du PIB.
Les principales productions exportées sont la noix de cajou (produite sur la côte, elle fait du pays l’un des premiers exportateurs mondiaux), le clou de girofle (Zanzibar et Pemba), le clou de girofle (Zanzibar et Pemba), le clou de girofle (Zanzibar et Pemba), le café (dans la région d’Arusha), le coton, le sisal (au nord-est, autour de Tanga et de Dar es-Salaam) et le tabac.

Vers une diversification

Même si l'activité touristique du pays (12,7 % du PIB) est moins importante qu'au Kenya, elle attire un nombre croissant de visiteurs.

Le secteur minier (diamant, or et tanzanite) suscite également de nouveaux investissements étrangers.
Il représente plus de 30 % des recettes d'exportations et près de 5 % du PIB. La Tanzanie est le quatrième pays africain producteur d'or (après l'Afrique du Sud, le Mali et le Ghana), et on estime qu'il possède les deuxièmes réserves en or du continent.

Droits de l'homme

Le président Magufuli, élu en 2015 à la tête de la Tanzanie, a tout de suite interloqué par ses méthodes directes. Élu sur un programme de lutte anticorruption, « le bulldozer » a commencé son mandat par des actes forts, se rendant par exemple à l’improviste dans des administrations gouvernementales pour dénoncer l’absentéisme de ses fonctionnaires.

Mais ses méthodes quelque peu expéditives n’ont pas fait que des admirateurs. Quatre médias trop critiques ont été fermés temporairement, et poursuivis pour différentes raisons, un hebdomadaire définitivement interdit, et trois de ses journalistes poursuivis pour « propos séditieux ».
Au moins une dizaine de personnes ont en outre été jugées pour avoir tenu des propos « insultants » à l’encontre de Magufuli sur les réseaux sociaux.

L’opposition, qui réclame plus d’espace démocratique, proteste notamment contre la décision très controversée du président d’interdire tous les rassemblements jusqu’en 2020. Les ONG dénoncent également une aggravation des propos et actes hostiles aux homosexuels et transgenres de la part des autorités. Des associations soupçonnées de leur venir en aide ont été menacées de suspension.

Les traditions coutumières sont par ailleurs à l’origine de graves dérives, qui ne s’arrangent guère, en dépit d’avancées législatives. Une série de lois sur les enlèvements et meurtres d’enfants albinos, dont les organes sont convoités pour leurs vertus magiques, a certes été adoptée, mais ces crimes – certes isolés – demeurent d’actualité.

Mais ce sont surtout les attaques de « sorcières » qui préoccupent les ONG. Officiellement, près de 400 femmes sont mortes assassinées durant le premier semestre 2016. Ces femmes, généralement des veuves, sont accusées de sorcellerie et tuées par les villageois, sans autre forme de procès. Un bon moyen, la plupart du temps, pour s’emparer de ses terres ou de son bétail.

Connue pour sa stabilité politique, la Tanzanie été touchée elle aussi par le radicalisme islamique, et quelques attentats ont eu lieu ces dernières années.

Le pays continue par ailleurs d’accueillir des réfugiés provenant de pays voisins en crise, comme le Burundi.

Enfin, le développement des cultures et de projets touristiques de luxe pèsent sur les modes de vie des tribus semi-nomades de Tanzanie, qu’il s’agisse des chasseurs-cueilleurs Hadzabe, ou encore des Maasaï.

Services voyage



Forum Tanzanie

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Vos discussions préférées du forum Tanzanie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Tanzanie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Tanzanie

Agenda Tanzanie

Tanzanie Les articles à lire