Carte d'identité Sri Lanka

- Population : 21 440 000 habitants (estimation 2013).
- Superficie : 65 610 km² (soit 1/9 de la France).
- Densité : 324,4 habitants au km² (en France, 101 habitants).
- Langues : cinghalais (74 %), tamoul (18 %) et anglais (10 %).
- Monnaie : roupie sri lankaise.
- Chef de l'État : Maithripala Sirisena (depuis janvier 2015).
- Régime : démocratie présidentielle.
- Capitale commerciale : Colombo (1,5 million d'habitants).
- Capitale administrative : Sri Jayawardhanapura.
- Taux d'alphabétisation : environ 90 %.
- Chômage : 4,7 % de la population active (estimatio n 2015.
- Mortalité infantile : 9,4 ‰.
- Espérance de vie : 79 ans pour les femmes, 72 ans pour les hommes.
- PIB par habitant : 3 558 $ par an (2014).
- Inflation : environ 2% en 2015.
- Indice de développement humain (espérance de vie, éducation, niveau de vie) : 0,750. Le plus haut d'Asie méridionale. Rang mondial : 73e.

- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco :
- Au titre du patrimoine culturel : la cité historique de Polonnaruwa (1982), la ville ancienne de Sigiriya (1982), la ville sainte d'Anuradhapura (1982), la vieille ville de Galle et ses fortifications (1988), la ville sacrée de Kandy (1988), et le temple d'Or de Dambulla (1991).
- Au titre du patrimoine naturel : la réserve forestière de Sinharaja (1988), les hauts plateaux du centre (aire protégée de Peak Wilderness, parc national de Horton Plains et forêt de conservation des Knuckles ; 2010).

Économie

Après avoir été sévèrement pénalisée par plus de 30 ans de guerre, l'île bénéficie d'une très forte croissance intérieure et d'un afflux massif de capitaux du monde entier. Elle conserve aussi un savoir-faire précieux dans la production et la transformation de produits naturels à forte valeur ajoutée.

Aujourd'hui, la politique du Sri Lanka est libérale et, depuis le retour de la paix, le dynamisme du pays est bien réel. L'île bénéficie de nombreux atouts : population éduquée, diversité des produits agricoles devenus « tendance » sur les marchés mondiaux, et richesse du patrimoine naturel et historique qui favorise le tourisme.

Malgré l'ampleur de la catastrophe du tsunami de 2004, son impact financier a été moins important que prévu.

Il faut dire que les régions les plus touchées ne pesaient pas très lourd dans la balance commerciale. Par ailleurs, les zones touristiques sont très vite redevenues opérationnelles. Les maçons, les fabricants de meubles, de voitures et bien d'autres corps de métier ont rempli leur carnet de commandes, donnant un coup de fouet aux économies locales. Le retour en force du tourisme a aussi fortement participé à la reprise de l'activité !

Depuis le dénut des années 2010, la croissance économique actuelle gravite autour de 6,5-7,5 % (7,4 % en 2014, 6,5 % en 2015 et autant projeté en 2016), l'inflation de 7 % est descendue jusqu’à 2 % en 2015, et le PIB par habitant connaît une progression constante. Le ratio de la population en dessous du seuil de pauvreté fond comme neige au soleil : 29 % en 1995, 15 % en 2006 contre 6,7 % en 2012. Il demeure que des disparités existent entre le nord et l’est du pays (régions les plus touchées par le conflit), et le sud où se concentre l’essentiel de l’activité.
L'économie sri lankaise repose sur plusieurs piliers : l'industrie textile, l'agroalimentaire et les services.
Côté ressources naturelles, le sous-sol est relativement pauvre, mis à part les pierres précieuses (saphirs, rubis...). La découverte de gisements de « terres rares » comme l’ilménite (oxyde de fer et titane) pourrait néanmoins à terme dynamiser l’industrie minière.

Une économie dominée par les services

Avec le retour d’une partie des diasporas cinghalaise et tamoule installées à l’étranger pendant les années de conflit (ils étaient près de 1,2 million à vivre et travailler à l’étranger, principalement dans le Golfe), le secteur des services est désormais en pleine expansion. Il représente plus de 60 % du PIB et emploie la moitié des actifs du pays.
La part du secteur financier (banques, assurances, services immobiliers) et des télécommunications connaît une croissance soutenue.
Autre domaine qui contribue à la vitalité économique du pays, le tourisme, avec plus de 2 millions de visiteurs en 2015. Ce secteur connaît même une nette progression.

Droits de l’homme

La situation des droits de l’homme s’est largement améliorée au Sri Lanka. Le nouveau président Maithripala Sirisena a sérieusement commencé à détricoter le système autoritaire mis en place pendant des années par son prédécesseur Mahinda Rajapakse.
Son gouvernement a officiellement aboli la surveillance et la censure des médias et des ONG qui demandaient des réformes constitutionnelles pour restreindre les pouvoirs de l’exécutif. Réformes qui du coup ont été entamées, afin notamment de garantir l’indépendance de la justice, et limiter les pouvoirs du président en termes de mandat et de pouvoir de nomination.

Néanmoins, l’impunité des forces de l’ordre qui se livrent encore à la torture est toujours de mise, de même, en dépit des promesses du président, que la loi sur la prévention du terrorisme, au nom de laquelle de nombreuses personnes sont encore détenues. Deux points noirs sur lesquels le Sri Lanka a de nouveau fait l’objet de critiques en mai 2016 de la part des Nations unies. Mais même de ce point de vue, alors que les relations du précédent président avec la communauté internationale étaient très tendues, les observateurs notent une détente appréciable.

Depuis la fin du conflit armé entre la guérilla des « Tigres » tamouls et le gouvernement sri lankais (qui a fait près de 100 000 morts en 27 ans), qui s’est soldé en 2009 par une lourde défaite des séparatistes tamouls, rien n’a été fait ou presque pour juger les crimes commis de part et d’autre.
Néanmoins le nouveau gouvernement a accepté de mettre en place des enquêtes concernant des cas emblématiques d’enlèvements ou d’assassinats. Et, contre toute attente, alors que le Sri Lanka s’y était formellement opposé jusqu’alors, une cour spéciale pourrait même voir le jour, composée en partie de juges internationaux. Le principe d’une Commission vérité et réconciliation a également été validée.
Mais ces projets devraient prendre du temps, le poids de l’armée étant toujours important au Sri Lanka. La nomination en mai 2015 du Major Génégal Jagath Dias à la tête de l’armée, alors que celui-ci est accusé de nombreux crimes durant le conflit, a ainsi représenté pour certains le signe que le gouvernement voulait protéger certains hauts responsables militaires d’enquêtes potentielles.

Enfin, la question des migrants sri lankais – estimés à près de 1 million à l’étranger – continue de préoccuper les ONG. Nombre d’entre eux, entrés dans des circuits de trafic humain, travaillent dans des conditions indignes et dangereuses, dans des chantiers du golfe Persique par exemple.

Forum Sri Lanka

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

BESOIN D'UN RENSEIGNEMENT ?

Poser une question

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ? Cherchez et trouvez ici votre compagnon de route.

Petites annonces Sri Lanka

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...