Transports et déplacements Serbie

Avion

Air France assure également un vol quotidien Paris CDG-Belgrade.
JAT Airways, la compagnie nationale, assure un aller-retour quotidien entre Paris et Belgrade, sans escale, à partir de 30 000 dinars A/R (si vous réservez longtemps à l'avance). Jat Airways affrète une navette reliant l'aéroport de Nikola Tesla au centre-ville de Belgrade.

La Serbie est desservie par 2 aéroports internationaux, celui de Belgrade (Nikola Tesla), le principal, situé à 12 km à l’ouest de la capitale, et celui de Constantin le Grand à Niš.
Le premier dispose de nombreux comptoirs de compagnies de location de voitures et d’un office du tourisme local. On rejoint le centre par le bus de ville (ligne 72, toutes les 30 mn, 50 dinars environ), par le minibus E7 (toutes les heures) ou par la navette de JAT Airways (toutes les heures ; aux alentours de 1 000 dinars).

Train

Commençons par un euphémisme : n’envisagez pas d’utiliser les chemins de fer serbes si vous ne disposez pas de beaucoup de temps…Le réseau est vétuste et les retards sont fréquents.

La principale ligne, celle du Balkan Express, traverse le pays en provenance de Budapest (Hongrie), via Subotica et Novi Sad, et en route vers Sofia (Bulgarie), via Belgrade et Niš. Parfait pour les nostalgiques d’Agatha Christie, le confort et le flegme en moins !
Les liaisons sur cette ligne sont fréquentes, pas trop lentes, et les trains en état (à peu près) correct. C’est nettement moins vrai sur les autres lignes : wagons sales et déglingués, trains poussifs, souvent en retard, voire annulés. Autre inconvénient, les gares sont souvent assez éloignées des centres-villes. Si l’on regarde les choses du bon côté, les tarifs sont en revanche très bas.

Parmi les trajets les plus intéressants, signalons celui, biquotidien, menant à Bar, sur la côte du Monténégro (en 8h), qui traverse les Alpes dinariques. Pensez juste à nettoyer la vitre avant le départ pour en profiter !

Bus

La densité du réseau et la fréquence des liaisons entre les principales villes serbes et avec les capitales des pays voisins fait du bus le meilleur moyen de transport.

À titre d’exemple, il y a, en moyenne, un départ toutes les 15 mn de Belgrade pour Novi Sad et toutes les 30 mn pour Niš. La plupart des villages, même reculés, sont desservis. Sur les grands axes, les bus ekspress sont modernes et confortables, la plupart du temps avec TV et W.-C. à bord (mais pas toujours !). Ailleurs, les cars sont souvent bondés, parfois vieillots et roulent toujours trop vite sur les routes fréquemment sinueuses. Certains trajets peuvent s’avérer assez lents… voire très lents si, comme cela arrive parfois, votre beau carrosse rend l’âme sur le bas-côté ! Ne vous fiez pas trop aux horaires affichés dans les gares routières : ils sont rarement à jour.

Le site de la gare routière de Belgrade permet de consulter les horaires sur les différentes lignes, toutes compagnies confondues, au départ de la capitale. Recherche par ville de destination.

Les liaisons vers les pays voisins (Budapest, Sarajevo, Sofia, etc.) sont assurées par les bus modernes et tout confort d'Eurolines.

Voiture

Le permis de conduire international est fortement recommandé. Ceux qui viennent en voiture auront également besoin de la carte verte internationale.

Sur place, la voiture procure une liberté de mouvement inestimable. Elle permet de voir bien plus de choses que si l’on s’en remettait aux seuls transports en commun.
Les locations ne sont pas trop chères et, si l’on est plusieurs à partager, cela peut se révéler abordable.
Certains choisiront de venir avec leur propre véhicule depuis l’Europe de l’Ouest : un véritable périple qui met déjà l’eau à la bouche. La frontière avec la Hongrie se passe facilement. Idem pour la Bulgarie, même si c’est généralement un peu plus long. Revenue dans le giron européen, la Serbie est à nouveau couverte par la Carte verte. Le péage est parfois majoré pour les véhicules immatriculés à l'étranger.

Routes

Une seule autoroute traverse le pays, entre Novi Sad au nord et Niš au sud, via Belgrade. Elle est en bon état, mais payante (avec supplément pour les véhicules étrangers). Il est possible de régler en euros.
Le reste du réseau est dans un état bien moins présentable… Routes cabossées par sections entières, semées de nids de poule par endroits, puis impeccables avant de se dégrader à nouveau ! N’y cherchez pas de logique, il n’y en a pas. Si le Nord (Voïvodine) est plat, le Sud et l’Ouest sont très accidentés : les routes y sont souvent très tortueuses.

Les limitations de vitesse sont de 120 km/h sur autoroute, 100 km/h sur les grandes routes et 60 km/h dans les zones habitées. Les contrôles de vitesse ne sont pas rares. De toute façon, la moyenne horaire se situe autour de 40 km/h (et encore), alors ne comptez pas voir tout le pays en 3 jours.

Par ailleurs, évitez si possible de conduire de nuit : charrettes, véhicules non éclairés, trous béants, bétail passif, cyclistes bourrés, bus fous, c’est un vrai jeu vidéo puissance dix ! Les panneaux de signalisation sont déjà invisibles de jour, alors la nuit…
Ne négligez pas d’apprendre à déchiffrer l’alphabet cyrillique serbe : sur les petits axes, la translittération en caractères latins est rare.

N’oubliez pas que la police doit impérativement être prévenue avant que les véhicules accidentés soient déplacés (et ce, même s’ils sont en plein milieu de la chaussée).

En ville, mieux vaut utiliser les parkings gardés si vous avez tous vos bagages dans le coffre : les plaques étrangères sont vite repérées.

L'auto-stop

Ne se pratique pas sur les grands axes : les bus et le train sont suffisamment abordables. Sur les petites routes, par contre, là où le bus ne fait que de rares incursions, la solidarité joue à fond. Ne tendez pas le pouce, on vous prendra pour un fou tombé de la Lune, ou pire, un grossier personnage… Faites plutôt signe aux chauffeurs ou accostez-les dans une station-service.

En ville

À Belgrade (et dans les principales villes), les transports en commun sont à la fois bien développés et très bon marché. Bus, trams, trolleys sillonnent les rues à toute heure. Outre la compagnie publique (GSP), on en compte 6 compagnies privées. Bonne nouvelle : toutes utilisent le même type de tickets. Les minibus ne desservent que quelques lignes ; ils sont plus rapides, mais aussi plus chers.

Les taxis restent relativement abordables (3 à 5 € pour une course standard en ville, autour de 10-13 € entre l'aéroport de Belgrade et le centre-ville). Préférer les taxis rattachés à une compagnie aux taxis dits « libres », dont les prix peuvent s'envoler. Toujours négocier le prix avant le départ.

Services voyage



Forum Serbie

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Transport Serbie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Serbie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Serbie

Agenda Serbie

Serbie Les articles à lire