Drapeau Sénégal

Carte d'identité Sénégal

- Population : 12 873 000 habitants.
- Superficie : 196 172 km².
- Capitale : Dakar (3 200 000 habitants).
- Langues : français (officielle), wolof, peul, sérère, dioula.
- Monnaie : franc CFA.
- Salaire mensuel minimum garanti : pour un salaire de « première catégorie », environ l’équivalent de 57 à 74 €. Encore faut-il être salarié pour y avoir droit, et le chômage est important (48 %).
- Régime : présidentiel.
- Chef de l'État : Macky Sall (depuis mars 2012).
- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : l’île de Gorée, l’île de Saint-Louis, le parc national du Djoudj, le parc national du Niokolo Koba, les cercles mégalithiques de Sine Ngayène et de Wanar (Nioro du Rip), le delta du Saloum et le pays bassari.
Le Kankourang, rite d’initiation mandingue (principalement en Casamance), a également été inscrit au Patrimoine immatériel de l’Unesco en 2005.

Économie

Les indicateurs économiques sont ceux d’un pays dit « en développement ». Si la croissance est restée plutôt satisfaisante ces dernières années (elle se maintient autour de 3-4 %), elle ne profite que très peu aux Sénégalais. En effet, la moitié d’entre eux est sans emploi et le secteur informel est très développé parmi les petits commerces, l’artisanat ou la pêche. La pauvreté persiste (environ 47 % de la population vit sous le seuil de pauvreté national).

Le Sénégal est un pays rural : le secteur primaire emploie 70 % de la population active. Mais l'agriculture ne rapporte que 18 % du produit intérieur brut (PIB). Et le Sénégal est loin d'assurer son autosuffisance alimentaire.

Le principal des ressources provient des produits de la pêche, de l'arachide et des gisements de phosphate. Mais la pêche est en crise, car les ressources halieutiques du Sénégal ont diminué de trois quarts.

Le tourisme est une importante source de revenus, mais l'argent profite plus aux agences de voyages et aux organismes gérés par des toubabs qu'aux habitants.

Le secteur industriel connaît un certain dynamisme (24 % du PIB), mais voit son élan stoppé par les fréquentes coupures d'électricité (quand on sait que l’électrification de 50 % des villages était annoncée pour 2012... et que le déficit de production correspond lui aussi à 50 % de la demande).

Quant au secteur tertiaire, c'est le plus performant, grâce au développement rapide des télécommunications et de l'informatique. Mais, s'il réalise 5 % du PIB total, il ne fait vivre que 15 % de la population active.

Le FMI a imposé un programme de privatisations massives, notamment de la Société nationale des eaux (Sonees), des télécommunications (Sonatel), de l'électricité (Sénélec) ou encore des arachides (Sonacos, ex-Lesieur-Afrique, devenue Sunéor).

Les finances souffrent du prix élevé du pétrole, ainsi que de la lourde facture de l'importation du riz.

Mais le principal combat à livrer reste la lutte contre la corruption. Au Sénégal, c’est un mal chronique.

Droits de l'homme

L’élection de Macky Sall à la tête du pays en 2012 a confirmé la maturité du régime démocratique sénégalais. La transition n’a cependant pas réussi à calmer un mécontentement social permanent.
Le gouvernement a certes enclenché de nombreuses réformes, visant à réduire le coût des denrées de première nécessité et les loyers, ou encore à créer une bourse familiale et une couverture maladie universelle. Mais ces mesures n’ont pas suffi à régler les problèmes de grande pauvreté qui subsistent.
La pénurie en eau potable dans certains arrondissements de Dakar, liée en grande partie à la vétusté des installations, provoque ainsi des mouvements de protestation, voire des émeutes. Le problème des talibés - ces enfants pauvres éduqués dans des écoles coraniques et forcés à la mendicité - perdure, en dépit de lois récemment adoptées mais peu appliquées.
Malgré les promesses et une réelle ouverture à la liberté de la presse, certaines affaires ont montré que de nombreux dossiers ne sont toujours pas refermés, comme celui de la dépénalisation des délits de presse. Les associations de journalistes se mobilisent pour faire adopter un nouveau Code de la presse. Les négociations de paix en Casamance - en guerre civile larvée depuis 30 ans - semblent avoir pris un tour sérieux, grâce à la médiation de plusieurs acteurs. Mais le Mouvement des forces démocratiques en Casamance est extrêmement divisé.
Macky Sall de son côté a dit vouloir faire le pari du désenclavement économique de la région, pour favoriser l’émergence de la paix, promettant de nombreux investissements.
Pays de transit pour des milliers de candidats à la traversée vers l’Espagne, le Sénégal a procédé à de nombreuses arrestations et renvois à la frontière de migrants. Mais la situation sociale catastrophique des jeunes Sénégalais les pousse eux-mêmes à braver tous les risques.
Certaines ONG relaient par ailleurs les appels des communautés villageoises qui protestent contre l’accaparement de terres par des sociétés transnationales. Une situation qui serait à l’origine de graves dysfonctionnements environnementaux et sanitaires.
Enfin, le procès du dictateur tchadien Hissène Habré, exilé puis arrêté au Sénégal, devrait enfin débuter devant les chambres extraordinaires africaines, après une interminable procédure judiciairo-diplomatique.




Drapeau sejours week end Sénégal

Partir au Sénégal


Andalousie