Cuisine, gastronomie et boissons Chili

Cuisine

À dire vrai, la table chilienne est davantage réputée pour la qualité et la fraîcheur de ses produits - poissons et fruits de mer en particulier - que pour son savoir-faire.
On retrouve toutes sortes d'influences reflétant son histoire : amérindiennes, espagnoles, bien sûr, mais aussi anglaises et, surtout, allemandes. C'est une cuisine chilienne peu relevée, dans laquelle les herbes aromatiques n’ont que peu de place. Les épices, ají (piment) en tête, sont toujours servies à part. En revanche, on ne lésine pas sur le sel et le sucre !
Même si l'incontournable poulet-frites et les burgers gagnent du terrain, les comedores ou cocinerías des marchés offrent encore des plats typiques, frais et bon marché. Les fuentes de soda servent sandwichs et boissons non alcoolisées. Dans beaucoup de restos-bars, on peut commander des tablas, sortes de planches garnies pour accompagner l’apéro.
Dernière chose, cessez d'ennuyer les Chiliens en commandant du chili con carne... C'est un plat tex-mex, pas chilien !

Les repas au Chili

- Desayuno : petit déjeuner. Les deux pains les plus couramment servis sont la hallula (pain non levé) et la marraqueta. On trouve du pain gris ou complet dans les supermarchés. Le pan de Pascua est un cake aux fruits, préparé à la période de Noël. Les Chiliens font grande consommation d'œufs. Mais la plupart du temps, dans les hostales, le petit déj compris est à l'économie : pain, beurre et confiture, café soluble et jus de fruit industriel.

- Almuerzo : déjeuner, le repas le plus important. Dans la plupart des restos, on trouve un menú complet comprenant le plus souvent une entrée et un plat, parfois même un dessert, ceci au meilleur rapport qualité-prix. Même les restos assez chic proposent un menu relativement bon marché.

- Tomar once : « prendre le goûter ». C'est une institution au Chili. Équivalent du quatre-heures ou du thé à l'anglaise, il fait aussi office de repas du soir pour beaucoup de familles.

- Cena : dîner. Dans les restos un peu chic, le dîner coûte souvent le double du déjeuner.

Spécialités chiliennes

- Sandwichs et en-cas : la traditionnelle empanada est un chausson farci de viande hachée, oignons et olives. Elle existe en version frite ou cuite au four (al horno). On en trouve également au queso (fromage), aux mariscos (fruits de mer) et même en version sucrée.

Le populaire completo est un pain allongé où se niche une saucisse viennoise, recouverte de tomates pilées, avocat écrasé, mayonnaise..., avec parfois un supplément de fromage chaud ou de choucroute, de moutarde, de pickles ou d’ají (piment) !

- Mariscos : les fruits de mer. C'est l'un des points forts de la cuisine chilienne ! Grand choix de produits souvent très frais.

- Poissons : un vaste éventail s’offre à vous. Hélas, ils sont le plus souvent congelés, même en bord de mer, par souci de conservation (ils sont pêchés très loin des côtes) mais aussi par facilité. Demandez-les a la plancha (grillés) plutôt que fritos (frits). Se méfier des sauces, qui ne sont vraiment pas un atout de la cuisine chilienne.

- Viandes : dans la région des Lacs, la viande produite ne le cède en rien à la qualité argentine. Dès le retour du beau temps, tout prétexte est bon pour organiser un asado, un barbecue. Dans le Sud, l’agneau règne en maître et les gibiers font parfois leur apparition (lièvre, oie, guanaco, etc.). Incontournable : l’asado (cordero) patagónico est une sorte de méchoui qui met en scène un agneau entier de 8-10 kg « aplati » et éventré, posé au-dessus des braises.
On trouve de nombreux restos spécialisés dans la viande. Leur grand truc : les parilladas, de la viande à partager, servie sur un poêlon sur laquelle elle continue de cuire à même la table.

- Légumes : tomates et avocats (palta au Chili) sont les plus répandus. La coriandre fraîche parfume toujours les ceviches et parfois les plats. La cuisine végétarienne commence à se répandre.

Desserts

Le dessert le plus courant est le manjar. Il s'agit de lait concentré aux amandes, cuit jusqu'à obtention d'un caramel épais et très sucré. On le retrouve au fond du fameux suspiro limeño, ou suspiro de limeña, sous une couche de crème meringuée, dans une recette importée du Pérou que proposent beaucoup de restaurants. C’est une sorte de blanc-manger, qui rappelle le dulce de leche des autres pays d’Amérique du Sud.
Parmi les nombreux fruits de saison (excellents !), au nord, ne manquez pas le tuna, la figue de Barbarie. On en fait d’excellents jus. L’astringent copao, fruit d’un cactus local, est plus... difficile à apprécier. On trouve également des glaciers qui élaborent leurs produits à partir des fruits locaux. Celle au chañar vaut en général le détour. Sinon, nombreux küchen (gâteaux), l’un des héritages les plus visibles de l’immigration allemande au Chili.

Quelques plats typiques

- Cazuela : généralement servi en entrée dans les menus complets des restos populaires, c’est un bouillon ou un consommé dans lequel flotte un morceau de bœuf ou de poulet, au milieu de pommes de terre, maïs, légumes, potiron. Ce n'est pas lourd mais pas toujours goûteux non plus... 

- Lomo a lo pobre : échine de porc ou de bœuf, accompagnée d'oignons et surmonté d'un ou deux œufs sur le plat. Ça cale !

- Pastel de choclo : viande hachée de bœuf ou de poulet préalablement cuite avec des raisins et des oignons, couverte de purée semi-moulue de maïs et gratinée.

- Ceviche : ce plat originaire du Pérou contient du poisson cru (colin, merlan, saumon, etc.) mariné avec du citron vert, de la coriandre et des oignons. Servi bien frais, il est l'un des hors-d'œuvre les plus fameux de la gastronomie chilienne. On peut même en faire tout un plat, dans tous les sens du terme. D’ailleurs, il est toujours facturé au prix d’un plat... Le ceviche péruvien, que l’on trouve également à la carte des restaurants (surtout dans le Nord), est élaboré à partir d’une marinade

- Porotos granados : plat populaire à base de haricots, avec potiron, maïs, ail et oignons.

- Paila marina : soupe de poisson et fruits de mer (moules, machas, crevettes, palourdes et quelques fois des locos), traditionnellement servie dans un bol en terre cuite.

- Curanto : spécialité de l'île de Chiloé. Des pierres sont chauffées et déposées au fond d'un trou creusé dans la terre. On y empile en couches séparées par des feuilles de nalcas, des coquillages, de la viande et des pommes de terre. On recouvre le tout et on laisse mijoter. Très nourrissant.

Boissons

- Petite info notable : il est strictement interdit de fumer dans les bars.

- Eau : celle de la llave (du robinet) est en principe potable. Dans les villages reculés, préférer l'eau en bouteille (surtout à San Pedro de Atacama où l'arsenic est présent dans les nappes phréatiques)... On en trouve partout, con et sin gas - plate et gazeuse.

- Bebidas : ce sont les boissons gazeuses sucrées. Le Coca règne en maître, malgré quelques inventions chiliennes comme le Pap (goût papaye) et le Bilz (tout touge), hyper sucrés, fluo et bien moins chers que l'eau minérale !

- Jus de fruits : délicieux pressés, surtout dans le nord et le centre du pays. Il y en a pour tous les goûts : pastèque, mangue, goyave, ananas, fraise, orange, etc. Se déclinent aussi en milk-shake, avec du lait.

- Leche con platano : le milk-shake le plus courant, avec lait et banane. Savoureux et idéal pour se caler l’estomac.

- Mote con huesillo : c'est une spécialité de la région centrale. Ce sont des grains de blé germés faisant trempette dans une décoction de pêches séchées. Ce n'est pas ragoûtant, mais c'est délicieux.

- Thé : plus consommé que le café mais vraiment pas terrible. En revanche, les aguitas (infusions) sont excellentes.

- Café : en général, c'est du café soluble, sauf dans les bistrots des grandes villes et villes touristiques où l'on déniche de vrais espresso et cappuccino. Si vous voulez un café au lait, demandez un cortado et non un cafe con leche (café soluble noyé dans une grande tasse de lait).

- Mate : moins répandu qu'en Argentine, en Uruguay et au Brésil, on en trouve dans le sud du Chili. C'est une infusion que l'on boit traditionnellement dans une calebasse, avec une bombilla (paille de métal). Tonique (contient de la caféine) et coupe-faim, il était consommé à l'origine par les gauchos.

- Mate de coca : à ne pas confondre avec le précédent, c'est une tisane de feuilles de coca. Très agréable et réputé pour ses vertus énergisantes et anti-mal des montagnes.

- Bière : la moins chère est la pression, appelée Schop. Si vous en voulez une petite, demandez una chica ; sinon, c’est una mediana. En bouteille, parmi les plus courantes, celles qui ont le plus de personnalité sont l’Escudo (souvent servie en 75 cl), et surtout la Kunstmann, qui peut être blonde (lager, filtrée ou non), ambrée (Torobayo ou Gran Torobayo ; du nom du quartier de Valdivia où la bière est brassée), noire (Bock), fruitée (Arándano) ou encore au miel. L’Austral (assez fade) est très répandue dans le Sud, mais on la trouve parfois dans le nord du pays. Les plus standard sont la Cristal et la Royal.
Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à demander quelles sont les bières du coin, car chaque région a ses brasseurs locaux. Citons parmi elles la Guayacán, une bière artisanale brassée dans la vallée de l’Elquí (région de La Serana), et que l’on retrouve dans plusieurs bars du nord du pays.
Côté import, on trouve aussi la bonne Paceña bolivienne et les inévitables Corona, Budweiser ou Heineken.

- Pisco : boisson nationale du Chili, mais que le Pérou revendique également, c'est une eau-de-vie de raisin blanc, vieillie dans des barriques de bois neutre qui n’altèrent pas son goût (contrairement au whisky). Un bon pisco se sirote pur (ou mélangé à du tonic, mais surtout pas à du Coca). Pas de glace non plus ; pour le rafraîchir, placez plutôt la bouteille au frais. Ne manquez sous aucun prétexte de tester le cocktail pisco sour, omniprésent, préparé avec 3 mesures de pisco, une de jus de citron, 2 cuillerées à café de sucre glace et un doigt de blanc d'œuf, le tout sur un lit de glace pilée. À consommer avec modération, et à éviter la veille d’une ascension en haute montagne... Dans le Sud, on fait volontiers le pisco à la rhubarbe. La différence entre le péruvien et le chilien vient de l’utilisation du citron, vert au Pérou et jaune au Chili.

- Vaina : apéro au goût rétro, mêlant liqueur de café (ou crème de cacao), sherry ou porto et jaune d'œuf.

- Cola de mono (queue de singe !) : mélange étrange d'eau-de-vie, café, lait, vanille, le tout servi glacé. Se prépare uniquement à la période de Noël.

- Chicha : jus de fruits fermenté et alcoolisé, très populaire. Méfiez-vous : c'est traître ! À ne pas confondre avec la chicha andine, à base de maïs fermenté.

- Araucano : liqueur produite à Valparaíso, composée d’une vingtaine d’herbes et consommée tel un médicament. D’ailleurs, ça en a le goût !

Les vins chiliens

La grande majorité des cépages chiliens, non greffés, ont une longévité (disent les spécialistes) trois ou quatre fois supérieure à celle d'un vignoble greffé (en Europe).

C'est à partir du milieu des années 1980 que la viticulture se développe fortement. De grands noms comme Torres et Rothschild investissent dans le pays et orientent la production vers des vins de qualité, destinés à l'exportation.
La superficie de vignes consacrées à la production viticole a plus que doublé en entre 1994 et 2016.

Avec près de 3,5-4 % de la production mondiale, le Chili se hisse autour du 6e rang mondial.

- Il existe 10 grandes régions viticoles qui comprennent chacune une ou plusieurs vallées de production (des appellations).

  • Au nord, la région de Coquimbo comprend la vallée de l’Elqui (à 70 km de La Serena), où la spécialité est le raisin blanc servant à faire le pisco, et la vallée de Limari.
  • En allant vers le sud, la vallée de l’Aconcagua.
  • Autour de Santiago, la vallée de Maipo est la plus ancienne et la plus célèbre zone de production du pays avec un cépage emblématique : le cabernet sauvignon.
  • À 100 km au sud de Santiago, la vallée de Rapel et à 200 km la vallée de Curicó où l’espagnol Miguel Torres fut le premier étranger à acheter des vignes au Chili.
  • Plus au sud encore, près de Talca, la vallée de Maule est la plus grande région viticole du pays avec près de 29 000 ha et 47 % de la production totale (surtout du vin de table).

- Les domaines et les marques les plus connues : on dénombre plus d'une centaine de domaines, mais cinq grandes compagnies produisent 60 % du vin du pays : Concha y Toro, Santa Rita, San Pedro, Santa Caroline et Emiliana. On trouve aussi des vignobles franco-chiliens : Casa Lapostolle, Los Boldos, Las Casas del Toqui, Baron Philippe de Rothschild... De nombreuses exploitations viticoles sont d'ailleurs ouvertes à la visite.

- Un cépage rare et oublié : le carménére est un cépage originaire du Bordelais. Après les ravages du phylloxéra au XIXe siècle, il disparut de la carte viticole de France. En 1994, il était présent sur à peine une dizaine d’hectares ! Cousin lointain du cabernet franc, le carménére a bien voyagé, il a même ressuscité au Chili.

Services voyage



Forum Chili

Voir tous les messages
Restos et gastronomie

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Restos et gastronomie Chili

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Chili

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Chili

Agenda Chili

Chili Les articles à lire