Histoire et dates-clés Bourgogne

Alésia

Les Romains occupent le sud de la Gaule depuis un demi-siècle et marchent vers le Nord indépendant en 58 av. J.-C. En 52 av. J.-C., toutes les forces gauloises s'allient à Vercingétorix, qui devient leur chef suprême et mène une guerre contre Jules César.
Mais, retranché sur l'oppidum d'Alésia (aujourd'hui officiellement en Côte-d'Or), Vercingétorix doit se rendre et son armée de 80 000 hommes capitule après 2 mois de siège devant les 100 000 soldats de César. Cet événement marque donc un tournant décisif : la Gaule épuisée est réduite en provinces par César.

Le temps des Burgondes

Dès la fin du IIIe siècle, les invasions barbares mettent à mal l'autorité de Rome. C'est à partir de 480 que se fixe sur le territoire de l'actuelle Suisse romande un peuple venu de l'Est, les Burgondes, dont le roi Gondebaud mène une politique d'expansion vers l'ouest.
Annexé par Charlemagne en 771, le royaume burgonde retrouve sa souveraineté en 888.

Puis, un certain Richard le Justicier profite en 918 des désordres liés aux invasions des Vikings pour se faire nommer duc. Ce duché, qui préfigure la Bourgogne moderne, passe au début du XIe siècle à une branche des Capétiens, s'affranchissant pratiquement de la tutelle du roi de France.

La tournée des grands-ducs

En 1352, les Valois font main basse sur ce duché qui attire les convoitises, de par ses villes prospères aux monuments grandioses, ses foires regorgeant de produits du cru et son rayonnement religieux sans précédent dans l'histoire. Sous l'influence d'une étonnante dynastie ducale, la Bourgogne va se tailler une place dans la cour des grands.

Philippe le Hardi (1342-1404)

Fils cadet du roi Jean le Bon, il reçoit en apanage le duché de Bourgogne. Son habileté politique lui permet de conforter ses positions vis-à-vis du royaume de France ; c'est ainsi qu'il épouse Marguerite de Flandre, qui lui apporte la Flandre et un ensemble de comtés qu'il accroît par divers achats et héritages. Allié de la Bavière par le mariage de ses enfants, Philippe le Hardi établit une paix durable, notamment avec l'Angleterre. Ce penchant européen insufflé par Philippe le Hardi sera une constante de la politique de tous les ducs de Bourgogne. Philippe le Hardi meurt à 62 ans, ayant fait de la Bourgogne un duché aussi riche et puissant, sinon plus, que le royaume de France.

Jean sans Peur (1371-1419)

Fils de Philippe le Hardi, il est en compétition pour le trône de France avec son cousin le duc d'Orléans. Ses idées libérales attisent les rivalités. Suite à la folie du roi Charles VI, la régence est confiée au duc d'Orléans. Rien ne pouvait plus irriter Jean sans Peur, qui fait assassiner son rival en 1407. La voie semble libre pour conquérir le trône de France, mais il trouve une forte opposition en la personne de Bertrand d'Armagnac, beau-frère du duc d'Orléans, et de ses partisans, les Armagnacs. La guerre civile est inévitable. C'est le moment que choisit la perfide Albion pour débarquer en Normandie. Jean sans Peur refuse assistance aux Armagnacs, qui se font battre à plate couture à Azincourt, et passe une alliance secrète avec les Anglais contre le royaume de France. En 1418, les Bourguignons sont maîtres de Paris. Le dauphin, futur Charles VII, se réfugie à Bourges et conclut un accord avec Jean sans Peur. C'est en allant signer cet accord que le duc de Bourgogne est assassiné.

Philippe le Bon (1396-1467)

Il commence son règne en jetant son duché dans les bras des Anglais, en pleine guerre de Cent Ans. La lutte est confuse entre Bourguignons, Anglais et Français.
Elle cessera grâce à Jeanne d'Arc, que les Bourguignons remercieront en la livrant aux Anglais. Le bon Philippe réussira un coup de maître en négociant la paix avec Charles VII : la Bourgogne devient un duché indépendant. Créateur de l'ordre de la Toison d'or, mécène amoureux de la peinture flamande, Philippe le Bon fut également grand amateur de livres, à tel point que la bibliothèque ducale devint l'une des plus riches du monde occidental.

Charles le Téméraire (1433-1477)

Éloquent, travailleur, brillant, il a tout pour réussir, mais il va tout gâcher par son tempérament suspicieux, impulsif et ambitieux. Devenu duc de Bourgogne en 1467, il épouse Marguerite d'York, sœur du roi d'Angleterre Édouard IV. Cette alliance fait trembler le roi Louis XI : le duché de Bourgogne, déjà très puissant, devient une menace pour le royaume de France.
D'autres puissances commencent à concevoir quelque inquiétude et se coalisent contre la Bourgogne. En 1476 à Grandson (en Suisse), les troupes de Charles sont exterminées et il doit abandonner son artillerie. En décembre, Charles part derechef attaquer la Lorraine et tenter de reprendre Nancy. Le siège tourne à la débâcle et, le 5 janvier 1477, le Téméraire est découvert dévoré par les loups devant Nancy, au milieu de ses soldats vaincus. C’est la fin d’une grande aventure.

L'incorporation au royaume de France

Les possessions ducales sont dépecées. Maximilien de Habsbourg, via son épouse Marie de Bourgogne, fille du Téméraire, reçoit tous les territoires de Flandre et de Luxembourg, ainsi que le comté de Bourgogne, future Franche-Comté. À l'ouest d'une ligne allant de Langres à Mâcon, les territoires sont rattachés au royaume de France, dessinant l'actuel tracé de la région.

Le nouveau pouvoir ne porte pas atteinte aux institutions traditionnelles : le parlement bourguignon est définitivement transféré de Beaune à Dijon dès 1480. Il y restera jusqu'à la Révolution.

Grandes dates historiques en Bourgogne

On propose un zapping politique. Entre les quatre départements et le Morvan, cinq destinées historiques s'entrecroisent à travers les siècles.
On croise les traces de la Révolution et du XIXe siècle industriel à Dijon ou à Mâcon, point de départ d'un circuit sur les pas de Lamartine ; on remonte aux origines de l'aventure cistercienne à Molesmes et à Cîteaux, on reste étourdi par l'harmonie et le rayonnement de Cluny, avant d'aller s'imprégner de l'atmosphère de Vézelay ; on replonge dans le XIXe siècle industrieux et ses affres sociales du côté de Montceau-les-Mines et du Creusot ; on relit Vincenot ou Colette ; on s'attache à l'identité nivernaise ou à celle du Morvan tout en remontant jusqu'aux fortes personnalités actuelles, politiques ou culturelles qui façonnent le devenir de la Bourgogne...

Forum Bourgogne

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Bourgogne

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ? Cherchez et trouvez ici votre compagnon de route.

Petites annonces Bourgogne

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Bourgogne

Agenda Bourgogne

Bourgogne Les articles à lire