Culture et arts Arménie

Diaspora arménienne

Une âme de voyageurs

Avant même d’être des exilés, les Arméniens sont de grands voyageurs. Dès après la disparition du royaume au XIVe siècle, ils s’aventurent vers des terres lointaines et inconnues. On les retrouve bientôt en Perse, en Inde, où des artisans arméniens semblent participer à la construction du Taj Mahal. Des églises arméniennes sont construites dans l’actuel Bengladesh au XVIIIe siècle, à Singapour dès 1835, en Éthiopie...

Après le génocide

Le génocide de 1915 propulse subitement des dizaines de milliers de survivants aux quatre coins de la planète : Russie bien sûr, mais aussi Jérusalem, Syrie et Liban dans un premier temps, avant le réveil du nationalisme arabe, qui les repousse en partie plus à l’ouest, en Grèce, en France, aux États-Unis, Canada, Mexique, Argentine... Partout des communautés se forment.

Les plus importantes sont désormais celles de Russie (1 130 000), des États-Unis (1 million), de France (500 000) et d’Iran (400 000) - bien que ces dernières années de nombreux Arméniens aient quitté le pays des ayatollahs. À Glendale, une banlieue de Los Angeles, 26 % des habitants se déclarent d’origine arménienne ! On estime en tout entre 8 et 10 millions le nombre d’Arméniens de la diaspora.

Les grands noms de la diaspora arménienne

Aznavour, Agassi, Balladur (Édouard), Cher (de son vrai nom Cherilyn Sarkissian), Devedjian (Patrick), Gorky, Manoukian, Prost (Alain), Veber (Francis), Verneuil (Henri), de son vrai nom Achod Malakian, Zouloumian (Garnik) alias Carzou (le peintre)... les Arméniens et leurs enfants ont essaimé avec succès dans le monde entier et dans toutes les sphères.

Beaucoup ont soutenu financièrement le pays de leurs ancêtres - aucun plus que Kirk Kerkorian, ce milliardaire américain, patron des studios MGM (producteur de Midnight Express), qui a déversé sur le pays, au début des années 2000, l’équivalent de 10 % de son budget annuel !

Génocide arménien

Tout débute au XIXe siècle lorsque, dans l’Europe entière, les empires s’effritent et les nationalismes se réveillent. Partagés entre Russie tsariste et Turquie ottomane, les Arméniens fondent des associations, puis des groupes d’intérêt, revendiquant généralement pacifiquement, parfois les armes à la main. La Grèce, la Serbie, la Bulgarie viennent alors de reconquérir leur liberté.

Entre 1894 et 1896, les paramilitaires kurdes affidés au sultan se rendent responsables d’une première série de massacres : 100 000 à 300 000 Arméniens sont tués, soulevant l’indignation en Occident - mais rien de plus.

Les années 1900 voient une nouvelle série de catastrophes s’abattre : russification forcée, tensions ethniques avec les Azéris et massacres à Adana (Turquie) en 1909.

La survenue de la Première Guerre mondiale envenime la situation. La Turquie combat aux côtés de l’Allemagne, la Russie avec les Alliés. Les Arméniens sont physiquement pris entre deux feux. Craignant de les voir s’allier aux Russes, le noyau dur du parti des Jeunes Turcs, au pouvoir depuis 1913, définit une sorte de « guerre préventive » : le nettoyage ethnique débute en Anatolie.

Des centaines de milliers d’Arméniens sont chassés de chez eux, leurs biens sont usurpés, les familles déportées à marche forcée vers les camps de concentration installés à la hâte dans le désert syrien. La plupart meurent en route - ce qui semble le but avoué de la manœuvre.

La controverse subsiste sur les chiffres : du bout de la langue, la Turquie concède 300 000 victimes (ce qui n’est pas rien !), en niant toute volonté délibérée de génocide. Les Arméniens en avancent 1,5 million, rejoints par la plupart des historiens - même si certains relèvent parallèlement, dans une bien moindre mesure, des exactions commises par les groupes armés arméniens.

L’idée même du génocide forme désormais un élément indissociable de la personnalité arménienne, une preuve, s’il en fallait, de sa réalité et de son intensité.

Nationalisme

Comme tous les peuples longtemps opprimés, dont le territoire a été maintes fois dépecé, les Arméniens sont fortement nationalistes. Née au XIXe siècle, la FRA (Fédération Révolutionnaire Arménienne) demeure encore active de nos jours, présente au Parlement arménien comme dans les diasporas - avec des antennes dans quelque 200 pays ! Son credo : reconnaissance internationale du génocide et réparations financières.

Plus inquiétant, la FRA se fait aussi l’avocate d’une Grande Arménie basée sur les découpages du Traité de Sèvres, imposé à la Turquie moribonde au lendemain de la Première Guerre mondiale. L’Arménie dessinée à cette occasion s’étendait vers l’ouest au-delà de Trébizonde et d’Erzurum. Le traité devint caduc dès 1923, après l’incorporation de l’Arménie à l’URSS et le tracé de nouvelles frontières - certes au détriment des Arméniens.

Dans les années 1970 et 1980, des groupuscules « justiciers », comme l’ASALA marxiste-léniniste, formée par de jeunes activistes déçus des progrès de la FRA, se sont rendus coupables d’attentats et de meurtres de responsables turcs.

Plus récemment, le nationalisme arménien s’est exprimé au Haut-Karabakh, une enclave autonome d’Azerbaïdjan peuplée majoritairement d’Arméniens qui, dans le sillage de l’éclatement de l’URSS, proclama son indépendance. La guerre qui s’en suivit, sur fond de pogroms, a vu combattre des volontaires arméniens de toutes les diasporas. En février 1992, leurs forces se sont rendues responsables d’un massacre d’au moins 200 civils azéris dans le village de Khodjali (et peut-être 600).

Le conflit a fait plusieurs dizaines de milliers de morts de part et d’autre, sans qu’il soit possible d’avancer un chiffre précis. L’occupation du Haut-Karabakh a été à nouveau dénoncée par le Conseil de l’Europe en 2005.

Services voyage



Forum Arménie

Voir tous les messages
Culture

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Culture Arménie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Arménie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Arménie

Agenda Arménie

Arménie Les articles à lire