Activités, sports et loisirs Afrique du Sud

Sports

Lorsqu’on évoque le sport en Afrique du Sud, on pense d’abord au rugby et aux fameux Springboks ainsi qu’à la Coupe du monde 2007, enfin surtout à celle de 1995, avec le président Nelson Mandela tenant la coupe de la victoire. Il n’y avait pas plus beau symbole de réconciliation.

On pense également à la victoire de la Coupe d’Afrique des nations de football en 1996, et à la deuxième place obtenue face à l’Égypte en 1998. L’équipe nationale, les Bafana-Bafana (« les gars », en somme), est hyper populaire, même si leurs résultats connaissent des hauts et (surtout) des bas : élimination dès le premier tour aux CAN (Coupes d’Afrique des nations) 2004, 2006, 2008 et 2014, participation anecdotique lors des dernières Coupes du monde...
Ce qui n’aura pas empêché l’ambiance de monter lors du grand événement de 2010 : la toute première Coupe du monde de football organisée en Afrique ! L’excitation était à son comble, et le pays tout entier a fait en sorte que la fête soit réussie, histoire de donner une image positive de l’Afrique du Sud du XXIe siècle.

De fait, ce pays vit au rythme du sport, dont la couverture médiatique est extrêmement large. Laduma, l’émission de foot la plus célèbre sur SABC 1, est à l’antenne tout le dimanche après-midi. Sur le câble, ce ne sont pas moins de cinq canaux différents qui sont alloués à la chaîne Super Sport. La pagination qui est réservée au sport dans la presse quotidienne est elle aussi tout à fait remarquable. Les fans de foot doivent absolument aller assister à un match à Soweto, de préférence s’il oppose les Orlando Pirates aux Kaisers Chiefs.

Héritage de l’histoire : les différents sports ont une audience largement segmentée. Idéalement, on invite des potes à une soirée TV en cas d’événement majeur (c’est-à-dire souvent !). On ne sera pas étonné de voir que les marques de bière consommées sont elles aussi segmentées : foot, ça rime avec Black Label, rugby avec Windhoek et cricket avec Castle ! Ce pays est étonnant.

Le foot, c’est populaire dans les townships : tous les gamins y jouent dans la rue, et les infrastructures sportives, contre toute attente, n’y sont pas si mauvaises que ça.
À Soweto, par exemple, on dénombre plusieurs stades, dont un immense de 95 000 places construit à l’entrée du township pour la Coupe du monde 2010. Certes, on trouve aussi, dans le quartier d’Orlando, des gamins qui jouent sur un terrain de foot en pente, avec des poteaux électriques plantés au milieu et des rigoles d’eau creusées par l’érosion. Si on est bon là-dessus, on doit être excellent sur un terrain correct.

Les Blancs, eux, vibrent plutôt pour le cricket et le golf, curieux héritages du Commonwealth (oui, curieux ! essayez donc de suivre un match de cricket pour voir... et surtout de comprendre !).
Le rugby est lui aussi estampillé « sport de Blanc ». Il a réussi le tour de force de réunir Anglais et Afrikaners au sein des mêmes équipes, alors que les guerres anglo-boers venaient de s’achever. Il aura fallu attendre 1992 pour que les fédérations blanche, noire, métisse et indienne fusionnent en une seule. Après les premiers Springboks noirs et le premier coach noir, Peter de Villiers (aucune parenté avec Philippe), on dénombre aujourd’hui 435 000 licenciés, moitié blancs, moitié colorés. On progresse !

Enfin, comment ne pas dire un mot sur les autres sports, tant les Sud-Africains sont des sportifs de tous les instants : cyclisme, plongée sous-marine, surf avec le spot mondialement renommé de Jeffreys Bay, parapente, très populaire, kite-surf ou encore saut à l’élastique (pour le plus haut du monde, 216 m, rendez-vous sur la côte sud, vers Nature’s Valley)... Faites votre choix !

Parcs nationaux

L’Afrique du Sud compte 18 parcs nationaux et de nombreuses réserves privées. Ils sont divisés en quatre catégories : montagne, mer, désert et préservation d’espèces en voie d’extinction. Tous plus magnifiques et préservés les uns que les autres, ils offrent la possibilité d’observer la faune sauvage dans son environnement naturel et/ou de faire de fabuleuses marches, accompagné par un ranger expérimenté.
Comme en Afrique de l’Est, vous y entendrez parler des Big Five, les cinq grands mammifères africains qui sont (dans l’ordre alphabétique pour n’en vexer aucun) le buffle, l’éléphant, le léopard, le lion et le rhinocéros. À Addo National Park, au nord-est de Port Elizabeth, on parle même des Big Seven, en ajoutant les baleines et les requins puisque le parc a « annexé » une bande côtière et un territoire marin au nord de Port Elizabeth.
Il y a même une partie du parc national de Bonne-Espérance pour la conservation du manchot du Cap (African Penguin ou Jackass en anglais, qu’on ne trouve qu’en Namibie et en Afrique du Sud), lui aussi en grand danger puisque ses effectifs ont fondu de 90 % en l’espace de 40.

Si le spectacle d’animaux sauvages dans leur milieu naturel reste un moment privilégié, notons que parmi les Big Five, seuls les buffles ne figurent pas sur la liste rouge de l’UICN des espèces en danger. L’Afrique du Sud abrite en particulier 80 % des rhinocéros noirs et blancs d’Afrique et pourrait bien voir son cheptel disparaître à court terme tant le braconnage virulent semble impossible à juguler.
Certains militent en faveur d’une levée de l’interdiction du commerce de la corne de rhinocéros, afin d’assécher le trafic à destination des pays du Sud-Est asiatique (les prix baisseraient, disent-ils, et l’on arrêterait de tuer les rhinos) : c’est le cas de John Hume, un richissime propriétaire de pas moins de 1 300 rhinos qui sont regroupés sur les terres de son ranch.
Son intense lobbying a conduit, fin 2015, à la décision de la justice sud-africaine de lever le moratoire sur l’interdiction du commerce de la corne de rhinocéros, mais, en avril 2016, le gouvernement sud-africain a finalement décidé de maintenir l’interdiction, à la grande satisfaction des organisations environnementalistes, avant que la justice ne lève à nouveau l’interdiction en avril 2017.

L’exploration des parcs animaliers (comme le parc Kruger) se fait avec sa propre voiture, avec ou sans guide.
En revanche, dans les réserves privées, on circule à bord de véhicules tout-terrain appartenant au propriétaire de la réserve. Dans quelques réserves, il est possible d’effectuer des randonnées d’une ou de plusieurs journées avec un guide armé. Inoubliable.
On peut se loger à l’intérieur des parcs, ce qui permet de se faire réveiller à l’aube par le chant des oiseaux, par les animaux (des hyènes, par exemple) rôdant autour du bungalow ou avec un serpent lové sur le toit de la tente...

Services voyage



Forum Afrique du Sud

Voir tous les messages
Activités et visites

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Activités et visites Afrique du Sud

Vos discussions préférées du forum Activités et visites Afrique du Sud

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Afrique du Sud

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Afrique du Sud

Agenda Afrique du Sud

Afrique du Sud Les articles à lire