Forum Paraguay

s'expatrié au paraguay

4 réponses

Dernière activité le 02/09/2014 à 20:55

Signaler
marcoelfrancess
Le 26 août 2014
bonjour les amis !!!

je me présente :
Marco , jeune retraité (54 ans ) actuellement expatrié au PARAGUAY , ex -expatrié en République Dominicaine , pratiquement 20 ans à vivre et a voyagé en Amérique du sud et les Caraïbes .

.pourquoi s'expatrié ?????
- Recherché une meilleur qualité de vie .
- Profiter du taux de change intéressant et ainsi pouvoir se faire plaisir plus souvent
- Démarrer une nouvelle vie .
- Avoir de nouveaux objectifs à atteindre
- Trouver l'amour
- Voir de nouveaux horizons
- Découvrir de nouvelles cultures
- Casser la routine
- Se sentir en sécurité
- Avoir de nouvelles activités
- Ne plus être esclave du système
- Se faire de nouveaux amis
- Se ressourcer
- Changer de climat

la liste n'est pas exhaustive, mais pour ma part cela était mes désirs . Et maintenant je vis cela tous les jours ..

Tout cela est bien joli , mais où aller ?
Ma recherche personnel s'est porté sur l' Amérique du sud et les Caraïbes
ensuite mes critères étaient les suivants :
- le climat agréable pour moi , chaud . de se côté j'avais le choix tous les pays visités répondaient à ce critère ,avec une réserve pour l'Argentine .
( Guyane Française , Suriname , Guyana , Brésil, Guadeloupe, Martinique ,République Dominicaine , Pérou, Paraguay )
- Le Coût de la vie ;
Les départements français de la Guyane , Martinique et Guadeloupe ont été éliminés car la vie est encore plus chère que en Europe .
il restait donc , Suriname , Guyana , Brésil, République Dominicaine , Pérou, Paraguay
- La sécurité des personnes et des biens :
De part mon expérience personnelle je classerai les pays qui me semble les plus dangereux dans cet ordre décroissant
République Dominicaine, Brésil, Guyana , Suriname ,Argentine , Pérou et Paraguay
- La possibilité d'obtention des titres légaux de résidence .Je me suis renseigné ou j'ai testé 4 pays
La république Dominicaine j'ai payé assez cher et au final en plus d'un an je n'avait toujours pas mes documents .
pour l'Argentine mission quasi impossible , mais vous pouvez facilement rester en situation illégale
Le Brésil cela est long et compliqué , en bref très dur sauf si votre conjoint est de nationalité brésilienne
Le paraguay est le pays ou cela est le plus facile pour obtenir légalement tous les documents

Au final après avoir tester , visiter et comparer mon choix s'est porté sur le PARAGUAY
un coût de la vie très avantageux , en 2008 Asunción était classée la capitale la moins chère du monde pour les expatriés
Un climat tropical , cela me fait penser au sud ouest de la france en plus tropicalisé
Un niveau de sécurité très agréable , moins d'agression que en Europe
L'obtention des permis de conduire et des autorisations de séjours faciles
Et en bonus ,de grands espaces naturels sauvages, des gens aimables , une douceur de vie ,

Bien sur ce n'est pas le paradis , mais je vous invite à venir visiter ce pays encore méconnu , vous serez agréablement surpris

Cout de la vie

Signaler
Terrik
Il y a 3 années
Pour le cout de la vie, ça a bien changé.

Si en 2008 effectivement, ça valait encore le coup, aujourd'hui ce n'est plus du tout le cas.

En cause:
1 une monnaie, le guarani, solide contre un euro faiblard.
En 2008 on obtenait 8000 guaranis pour un euro et aujourd'hui 5500. Un pouvoir d'achat diminué donc de 44% en 6 ans.
2 Une inflation qui ressort en moyenne à 10% par an, due aux afflux de capitaux et alimentée par des augmentations insensées de salaire (salaire minimum aujourd'hui supérieur au salaire minimum brésilien et argentin, sans qu'il y ait de quelconques justifications)
3 Une oligarchie qui tient le marché des produits de consommation courante et qui pratique des marges exorbitantes.
4 Le refuge des capitaux sud-américain, qui fait que le marché immobilier flambe.

Bref, le cout de la vie est aujourd'hui extrêmement élevé, aussi cher qu'en France, voire plus pour un bon nombre de produits.
Et la tendance va sans doute se poursuivre.

Par comparaison, dans les pays voisins, le cout de la vie est inférieur de 30 à 50% en Argentine et 4 fois inférieur en Bolivie.

Ce n'est donc pas vraiment le cout de la vie qui doit être le moteur d'une expatriation au Paraguay.

Pour l'insécurité, même si nous sommes encore loin de la Jamaïque, du Venezuela, ou du Brésil, les vols qualifiés ou à l'arraché, les attaques à main armées, les escroqueries, les meurtres, etc... sont en croissance exponentielle.
Nous sommes très loin du Paraguay très tranquille tel qu'il était il y a encore 10 ans.

prise de contact

Signaler
marcoelfrancess
Il y a 3 années
bonjour TERRIK

il est vrai que par le passé le change était plus avantageux .
mais à part pour les produits d'exportations , la vie est bien moins chère que en France


je pense qu'il faut comparer les produits de consommation courante et non les produits de luxe .


quand à l'insécurité je pense pouvoir en parlé en connaissance de cause
j'étais fonctionnaire du ministère de la justice pendant 25 ans
dont plus de 15 ans en Guyane
bien sur la criminalité est en hausse comme dans la majorité des pays
mais nous sommes encore très loin de l'agressivité que l'on rencontre même en Europe ou dans de nombreux pays d'Amérique du sud , centrale ou des caraïbes

le Paraguay n'est pas le paradis , mais existe t 'il sur terre ???

Oh là là !

Signaler
Antlia
Il y a 3 années
Ca fantasme sec ! Si l'on excepte l'aspect positif qu'il y est facile d'y être résident et d'acquérir un véhicule avec un visa de tourisme (et une adresse plus ou moins bidon au Paraguay), le reste est très négatif.

Reprenons les points :

- qualité de vie : ça ne veut pas dire grand chose. Rien à voir, le pays le plus nul que je connaisse au niveau touristique. On ne fait que rouler sur routes et pistes car tout est bouclé et barbelifié. Pas un coin nature accessible et promenable.
- taux de change : l'euro est très bas et les prix sont chers au Paraguay. Outre qu'il n'y a pas grand chose à acheter. Tout est le plus bas de gamme possible made in China
- démarrer une nouvelle vie ??? A quel niveau ? Economique ? Impossible d'ouvrir un compte pour transférer de l'argent depuis la France. Partant de là je ne vois pas ce qu'on peut faire.
- objectifs à atteindre ? ??? Pas compris
- Trouver l'amour (on suppose hétéro). Ah le grand piège ! Ici les femmes qui ont l'autorisation familiale (rien ne se fait en dehors de la famille) de vivre avec un gringo se font entretenir, ne font plus rien (il leur faut même des domestiques) et le gringo pris dans les filets paye, paye, paye (car, en plus d'elles, il faut entretenir leurs familles).
- nouveaux horizons : rien à voir, donc
- découvrir de nouvelles cultures : loupé, car c'est le pays le plus aculturé que je connaisse. Les "librerias" sont, en fait, des bazars (je ne sais pas trop pourquoi elles d'appellent librerias) à l'exception de quelques unes dans le centre d'Asunción elles ne vendent pas de livres. Les Paraguayen sont, pour la plupart, illettrés.
- casser la routine : ça c'est sûr ! Mais tu ne gagnes pas au change
- se sentir en sécurité : Tout faux ! C'est un pays dangereux, surtout pour les gringos, mais pas seulement. La délinquance étant impunie, elle grimpe en flèche (ce sont mes voisins et rares amis qui le disent). En plus il faut ajouter le pouvoir judiciaire qui dépasse Kafka dans le délire : Divers cas (dont le mien) : tu prends un jeune pour faire quelques travaux dans ta maison (jardin en particulier), il te vole sans arrêt. Tu le fous dehors, il te dénonce et t'envoie en prison avec des accusations fantaisistes. Aucun droit de la défense, donc tu ne peux rien réfuter. Une pseudo justice sur le mode de l'Inquisition (le bûcher en moins). Très pratiqué ici ! Dans le tout petit monde que je connais il y a eu 4 dénonciations de ce type dont deux Paraguayens. Le but étant de soutirer un max de fric que se partagent dénonciateurs et pouvoir judiciaire.
- avoir de nouvelles activités : économiques ? Impossible pour un gringo de travailler avec des Paraguayens. Ce n'est pas moi qui le dit mais un de mes rares amis paraguayen. Tu parlais de nouvelles cultures, en voila une : le vol est une charmante coutume généralisée. Il n'y a aucune conscience professionnelle et il est impossible de leur transmettre le moindre savoir. Ils ne font que répéter des routines même si elles sont désastreuses et comme tu es "un gringo de mierda" tu ne peux rien faire d'autre que de les payer pour le (mauvais) travail qu'ils font. J'ai pensé prendre des jeunes comme apprentis et les former, mais ils ne valent pas mieux : aucune curiosité, aucun désir d'apprendre, aucune recherche de promotion sociale et, tout simplement, aucun désir de gagner de l'argent (honnêtement, je parle, puisque vols et trafics de drogue sont leurs passe-temps favoris).
- ne plus être esclave du système : je veux bien mais si c'est pour passer de la peste UMPS française au cholera paraguayen je ne suis pas sûr qu'on y gagne.
- se faire de nouveaux amis : impossible avec les Paraguayens ! La mentalité est spéciale, une famille introjectée dans le surmoi (eh oui, il faut faire à la fois de la psychanalyse et de l'Histoire) qui fonctionne comme un "dieu jaloux". Donc toute relation extérieure à la famille est prohibée qu'elle soit amicale ou professionnelle (tout le commerce à l'exception des supermarchés alimentaires ne consiste qu'en des petites boutiques qui n'ont jamais rien de ce que tu recherches). L'artisanat est tout aussi lamentable (à la fois sans savoir faire et sans outillage). Ce qui explique que le Paraguay n'a jamais été capable d'avoir des usines, comme en Argentine.
- se ressourcer pas compris le concept
- changer de climat : c'est très chaud l'été mais ça n'empêche pas d'avoir un petit hiver. C'est moins étouffant que la Guyane, mais c'est un pays sans vent ce qui est pénible (et rend Asunción irrespirable avec les gaz d'échappements des vieux bus et camions qui y circulent très mal).

Donc si l'on excepte la résidence permanente qui est tracassière au niveau formalités mais qui ne demandent rien de particulier, je ne vois pas (par expérience personnelle) grand chose de positif qui émerge. "Grands espaces naturels sauvages" me fait marrer car c'est un pays bouclé ! Tout y est en "Proprietad privada" et "Prohibido de entrar" qu'on te répète à tout bout de chemin. Il n'y a aucun espace libre. Dès qu'il y a un petit ruisseau possible, c'est un "balneario" donc privé et payant". Les "cerros" (montagnettes) sont inaccessibles aussi car tout autour ce sont des propriétés privée et aucun chemin y mène. Et l'amabilité des gens n'est que de surface. Moins d'agressions qu'en Europe ? Mais tu rêves de bisounours ! Ce petit pays (population totale équivalente à Toulouse et sa banlieue) est un des plus violents qui soit et on assassine sans souci "pour une poignée de dollars". Les infos télévisées passent à longueur de temps les faits divers sanglants du jour.

Conclusion : s'expatrier (mon cas) consiste certes à fuir l'amère patrie où il n'est plus possible d'y vivre (inembauchable passé 40 ans je me retrouve avec une retraite de 81 EUR/mois) mais pas à tomber dans la poubelle du tiers-monde pour autant. Une fois réglé mes comptes avec la pseudo justice de ce fichu pays (mon avocate prépare une belle contre attaque où je devrais récupérer au moins 3 fois ce qu'ils m'ont pris) je compte bien m'installer en Amérique du sud toujours mais dans un pays civilisé. En fait il n'y en a que deux : l'Uruguay (que je connais) et le Chili (que je vais aller voir). Il n'y est pas impossible d'y être résident permanent et, rappelons, que dans ces pays, il est facile d'y séjourner avec un visa de tourisme à condition d'aller faire un tour à la frontière tous les trois mois (j'en connais un, au Paraguay, qui a eu la flemme de faire les formalités de résidence et qui vit comme ça depuis plusieurs années).

types d'expatriés que l'on rencontre

Signaler
marcoelfrancess
Il y a 3 années
Depuis plus de 20 ans je vis et je voyage en Amérique du sud .J'ai remarqué qu'il principalement existe trois types d'expatriés :


- les personnes qui touchent une rente mensuelle (pension, retraite , loyers ,etc...) Souvent des personnes qui ont peu de soucis et qui profite de façon bénéfique de leurs pays d'accueil .Ils sont souvent biens accueillis


- Les personnes qui viennent pour travailler ou apprendre :
ceux là se divisent en deux groupes :
1) Les "gentils" qui viennent pour apprendre et vivre avec souvent peu de moyen ,mais beaucoup d'ouverture d'esprit ,de simplicité . Ils s'intègrent facilement . certains s'installent pour un long séjour et arrive même à tirer leur épingle du jeux
2) ceux qui viennent pour faire fortune rapidement (souvent avec l'argent des autres soit dit en passant ) j'ai remarqué qu'ils arrive souvent en conquérant , sur de leurs suffisances , connaissant tout et plus , n'hésitant pas à exploiter les locaux et mêmes les autres expatriés dans le besoin . Ils sont souvent mal vus par les natifs du pays et cela est normal à mon avis . sont rapidement aigris car leurs projets aboutissent rarement comme il le voudrait .


- les personnes qui sont dans l'obligation de quitter leur pays d'origine car ils sont souvent activement recherchés par les juridictions et les force de l'ordre .
Je les appelle les "requins " toujours à sourire de leurs belles dents , mais constamment à l'affût d'une bonne opportunité.Beaux parleurs , (ils arriveraient à vendre du sable à un touareg ) belles plumes pour certains .


en conclusion qui se ressemble s'assemble


pour ma part je suis bien accueillis , aucuns soucis avec mes voisins ,amis , famille de ma concubine paraguayenne .
mais il est vrai que je ne "roule pas des mécaniques" que je n'expose pas des signes de richesses pour épater la galerie .
Que je ne cherche pas à profiter des autres
libre à vous de juger et de choisir quel est le type de comportement et de vie que vous désirez avoir


cordialement Marco ,un petit expatrié qui prend plaisir au Paraguay et partout où il passe .

Services voyage