Le tour du monde d'Arnaud

VignetteArnaud, un globe-trotter bientôt trentenaire, s'est dit un jour qu'il fallait vivre maintenant un tour du monde ! Son travail pouvant se réaliser à distance, il décide en mai 2016 de partir réaliser son rêve d'enfant. Il partage sur les réseaux sociaux ses péripéties et ses expériences. Il va à la rencontre des locaux, travaille pour une ONG qui réhabilite les éléphants, donne des cours de mathématiques et d'anglais à des enfants et pense aussi à lui en s'offrant un stage de méditation pour se découvrir un nouvel équilibre. Parcourez son aventure en interview !

Pouvez-vous présenter Noho Travels et vous présenter aux internautes ?

Pouvez-vous présenter Noho Travels et vous présenter aux internautes ?
Coucher de soleil sur l’Île de Pâques © Noho Travels

Cela fait plus de deux ans que j’ai lancé mon compte Instagram et ma page Facebook Noho Travels. Au début, c’était pour partager mon voyage aux Etats-Unis avec mes proches. C’est en partageant mes expériences et mes conseils insolites que j’ai eu de plus en plus d’abonnés. Dans mes voyages, je suis toujours à la recherche de lieux insolites et atypiques pour vivre des expériences encore plus intenses (parfois trop intenses…). Après sur les réseaux sociaux, j’essaie de faire les choses en toute simplicité et avec humour.

Puis en mai 2016, j’ai décidé de réaliser mon rêve d’enfant et de faire un tour du monde. Tout au long de mon périple, j’ai relayé mes aventures sur Instagram @NohoTravels et sur Facebook Noho Travels. Aujourd’hui je compte plus de 10 000 abonnés sur Insta et j’ai encore de nombreux voyages au programme que je partagerai toujours avec joie !

Pourquoi ce nom ?

Pourquoi ce nom ?
Arnaud au cours du grand trek (Cicuit O) de Torres del Paines © Noho Travels

Noho est le surnom que m’a donné ma petite sœur quand nous étions petit, car elle n’arrivait pas à prononcer Arnaud et depuis c’est resté. Travels, c’est tout simplement parce que je n’arrête pas de voyager et j’ai déjà eu la chance de parcourir 37 pays.

Pourquoi se lancer dans l’aventure d’un tour du monde ?

Pourquoi se lancer dans l’aventure d’un tour du monde ?
L’un des nombreux lacs du nord de la Nouvelle-Zélande © Noho Travels

J’avais 28 ans quand j’ai décidé de partir. Je me suis dit que c’était maintenant ou jamais, que cela serait sans doute plus compliqué de partir quand j’aurai un CDI, un crédit, une famille et des chiens… Et, de toute façon, quand vous avez une envie qui vous prend aux tripes, vous n’avez pas d’autre choix que de foncer.

Comment avez-vous préparé votre périple autour du monde ?

Comment avez-vous préparé votre périple autour du monde ?
Street Art dans les rues de Penang en Malaisie © Noho Travels

Alors, la préparation est assez longue. La personne qui vous dira « je plaque tout et je pars du jour au lendemain », soit c’est un fou, soit c’est un menteur… Il y a la préparation administrative (visas, passeport…), il faut prévenir la banque, quitter son appartement, rediriger le courrier chez un proche, donner des procurations à une personne de confiance (au cas où), prendre une assurance (indispensable ! J’en ai eu besoin après un accident en Islande), il faut faire les vaccins (avec des rappels), acheter le matériel, etc.

Ça paraît souvent compliqué au début, mais vous savez que c’est pour une bonne cause, donc ce n’est que du bonheur.

Et pour le circuit ?

Et pour le circuit ?
Un marché dans la campagne de Yangoon en Birmanie © Noho Travels

J’ai commencé par l’Asie du Sud-Est avec la Birmanie, la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie. L’Asie a été une étape importante dans mon voyage et je dirais même dans ma nouvelle vie. J’ai eu la chance d’aller à la rencontre des habitants en Birmanie qui m’ont donné le peu qu’ils avaient. Parfois cela n’était qu’un sourire, mais pour moi c’était énorme. J’ai travaillé avec une ONG dans le Nord de la Thaïlande dans le but d’aider à la réhabilitation des éléphants et j'ai donné des cours de mathématiques et d’anglais à des enfants. Pendant une semaine, j’ai fait un stage de méditation qui m’a permis de découvrir un nouvel équilibre entre mon esprit et mon corps. J’ai mangé sur les marchés les meilleurs repas de ma vie pour seulement 1 ou 2 €.

Ce séjour en Asie m’a permis de me reconnecter avec les choses essentielles de la vie et me rappeler qu’on est plus heureux en se contentant de ce que l’on possède.

Au cours du grand trek (Cicuit O) de Torres del Paines © Noho Travels

Ensuite, j’ai traversé le Pacifique pendant plusieurs mois, j’ai découvert de nouveaux styles de voyage entre autostop, road trip en van et camping sauvage. Pendant plusieurs semaines, j’ai vécu un retour à l’instinct primaire. Loin de ma ville et de mon pays, je me suis construit en me détachant de mon passé et en me connectant avec la nature. Tout au long de mon voyage, l’objectif principal était d’être en contact avec les locaux pour découvrir leurs coutumes et leur mode de vie. Il faut savoir qu’avant de voyager, je parlais espagnol et pas un seul mot d’anglais, mais je voulais absolument échanger avec les gens. Au bout de 4 mois j’arrivais à tenir de belles conversations avec les Néo-Zélandais. Dans le Pacifique, j’ai eu la chance de faire du snorkeling, de la plongée en bouteille, des treks, j’ai réalisé mon rêve d’aller sur l’île de Pâques et de camper sur des plages désertes en mode « seul au monde ».

En Amérique du Sud, je suis parti d’Ushuaia pour remonter jusqu’à Lima en passant par l’Argentine, le Chili, le Brésil, la Bolivie et le Pérou. Parlant espagnol, j’ai eu la chance d’être en contact avec les locaux. D’ailleurs, je suis resté 2 mois à Sucre en Bolivie où je me suis fait un groupe d’amis.

Au cours de mon voyage, l’un des plus beaux pays a été l’Argentine, qui m’a séduit par ses paysages variés entre les montagnes et les glaciers de Patagonie, la grande ville de Buenos Aires, la jungle des chutes d’Iguazu et les déserts dans le Nord-Ouest (Salta et Juyjuy). L’un des instants les plus extraordinaires aura été un treck de 6h pour aller, depuis Uruya, dans un village qui n’est accessible qu’à pied. C’est un village Indigène où il n’y a aucun touriste et aucun backpacker.

 

Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle © Noho Travels

En avril 2017, je suis rentré en Europe pour faire l’Islande et le Nord de l’Espagne avec Saint-Jacques de Compostelle. L’Islande est un pays surprenant par ses paysages jeunes et ses formations rocheuses dûes à l’activité volcanique. A la fin de mon voyage en Islande, je suis tombé dans une source d’eau chaude en me brûlant les jambes au second degré. J’ai dû être immobilisé 3 semaines alors que je devais faire le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Tout le monde me disait d’arrêter et de rentrer à la maison (Marseille), mais j’ai décidé de rester sur place, de guérir et de faire le chemin de Compostelle. Au final, j’ai fait le chemin de Compostelle comme prévu, en partant de Saint-Jean-Pied de Port jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle pendant 33 jours où j’ai rencontré des gens fabuleux - et notamment un groupe que l’on appelait « La Familia », avec lequel j’ai marché pendant tout le parcours.

Comment avez-vous budgété vos dépenses et par quel mode de financement ?

Comment avez-vous budgété vos dépenses et par quel mode de financement ?
La plage de Lopez Mendes considérée comme l’une des plus belles plages au monde (Ilha Grande – Brésil) © Noho Travels

Travaillant dans le marketing, je me suis fait un super tableau Excel avec le budget moyen des backpakers par pays. Lorsque j’arrivais dans un pays, je faisais une estimation de la durée que j’allais mettre pour le parcourir et je connaissais mon budget. Et souvent je dépensais moins.

A la base, j’avais un budget de 15 000 €, mais, en gagnant de l’argent sur la route, mon budget est passé à 20 000 € pour 14 mois de voyages.

Comment avez-vous sélectionné votre bagage idéal ?

Comment avez-vous sélectionné votre bagage idéal ?
Street Art dans les rues de Penang en Malaisie © Noho Travels

Pour le sac à dos, ma priorité était d’avoir un zip pour accéder facilement à l’ensemble du sac. Car j’ai déjà voyagé avec un sac de randonnée classique et c’est juste la galère pour aller chercher son caleçon au fond du sac. Je sais que ça m’aurait vite fatigué et j’aurai porté le même caleçon pendant un an… Du coup, j’ai choisi un sac à dos Deuster avec Zip et j’ai pu me changer tous les jours.

Quels conseils pouvez-vous donner pour les préparatifs ?

Quels conseils pouvez-vous donner pour les préparatifs ?
Les champs de thé en Malaisie © Noho Travels

Pour ma part, j’ai décidé de me laisser guider par les rencontres et les coups de cœur, donc je n’ai rien préparé. Je savais juste que je commençais par l’Asie du Sud-Est, puis le Pacifique et l’Amérique du Sud. Je conseille à tout le monde de faire ça (même si ça fait peur) parce que c’est à ce moment-là que la magie opère.

Quels sont vos coups de cœur dans le monde ?

Quels sont vos coups de cœur dans le monde ?
Photo prise lors de l’ascension du volcan Rinjani sur l’île de Lombok en Indonésie © Noho Travels

- Le Nord de l’Argentine : Salta, Cafayate, Tilcara, Humahuaca et Uruya

- Bolivie : Sucre

- Nouvelle-Calédonie : Lifou

- Thaïlande : Chiang Mai

- Nouvelle-Zélande : Milford Sound

-  Ile de Pâques

- Brésil : Ilha Grande

- Islande : Cascade de Glymur

Qu’avez-vous retiré de cette expérience ?

Qu’avez-vous retiré de cette expérience ?
Au sommet du Roy Peak en Nouvelle-Zélande © Noho Travels

Cette expérience a été unique pour moi. C’était mon rêve d’enfant et je l’ai vécu. J’ai compris que la vie était une chance et je ferai de mon mieux pour la saisir. Ce qui est le plus beau, c’est que j’ai déjà pu constater autour de moi qu’en réalisant mes rêves, j’ai donné envie à des proches de réaliser à leur tour leur rêve.

Avez-vous une anecdote de voyage ou une rencontre exceptionnelle à partager ?

Avez-vous une anecdote de voyage ou une rencontre exceptionnelle à partager ?
La fabrique de Moais sur l’île de Pâques © Noho Travels

Quand on voyage comme cela pendant aussi longtemps, on a évidemment plein d’anecdotes, mais je vais vous en raconter une qui me tient à cœur.

Lorsque j’étais sur l’île de Pâques, j’ai rencontré une Australienne et un Hongkongais avec lesquels on n’arrêtait pas de se marrer. Le Hongkongais voyage depuis 4 ans et il ne sait jamais vraiment où il va et l’Australienne avait prévu comme moi de voyager en Amérique du Sud. L’Australienne et moi décidons de passer le Noël ensemble 2 mois plus tard. Entre-temps nous avons voyagé chacun de notre côté. Deux mois plus tard, nous nous retrouvons à Iguaçu et ,30 minutes après nos retrouvailles, nous tombons par hasard sur le Hongkongais dont on avait plus de nouvelles. Nous sommes restés tous les trois scotchés en se retrouvant 2 mois plus tard et à plus de 5 000 km de l’île de Pâques.

Aujourd’hui encore, nous sommes tous les trois très proches.

On termine par une question portrait chinois : Si vous étiez un pays… lequel, et pourquoi ?

On termine par une question portrait chinois : Si vous étiez un pays… lequel, et pourquoi ?
L'Argentine © Noho Travels

L’Argentine… car c’est un pays de caractère et sauvage. Un pays aux paysages et aux cultures variés avec lequel on ne s’ennuie jamais… et peut être un peu orgueilleux.

Retrouver Arnaud sur les réseaux sociaux

https://www.facebook.com/NohoTravels

https://www.instagram.com/nohotravels

Consulter notre dossier pour préparer votre tour du monde.

Texte : Routard.com

Mise en ligne :

Les articles à lire