Où partir à Noël ?

Noël en Scandinavie

Qui n'a jamais eu envie de voir où habitait le Père Noël ou du moins s'en rapprocher ? Pour cela, il vous suffit de partir en Islande ou en Suède. Là-bas, on vous met au défi de ne pas succomber à l'ambiance magique des fêtes de fin d'année. 

Suède

Suède
© Jonas Ingman - Office de tourisme de Suède

Le père Noël a trouvé refuge en Finlande, mais sa voisine, la Suède, sait tout aussi bien lui faire honneur. L’ambiance des fêtes de fin d’année commence le premier dimanche de l’Avent, lorsque les Suédois se réunissent autour d’un verre de glögg, le vin chaud épicé aux amandes et raisins secs. Au bureau comme à la maison, on installe sur le rebord des fenêtres les bougeoirs typiques de l’Avent et des lampes en forme d’étoile.

Vers la fin du mois de novembre, bon nombre de restaurants dressent déjà le julbord, le fameux buffet de Noël composé de toutes les spécialités suédoises : hareng, saumon, jambon cuit mariné à la moutarde, ou encore gratin de pommes de terre et d’anchois. Dans la capitale, les restaurants Operakällaren et le Grand Hôtel comptent parmi les julbord les plus réputés.

Les Suédois aiment particulièrement célébrer Sainte-Lucie avec des chansons et des lussebullar, des petits gâteaux typiques parfumés au safran. Le 13 décembre, Sainte-Lucie pénètre dans les bureaux, les églises et les maisons sur fond de chants de Noël. Des enfants, tout de blanc vêtus, l’accompagnent bougie à la main.

Quant aux marchés, vous avez l’embarras du choix dans les trois plus grandes villes du pays. À Stockholm, ne manquez pas le marché historique de Skansen, où les vendeurs sont en costume d’époque. Construit en 1891, Skansen est le plus vieux musée en plein air du monde.

En plein centre-ville, le marché Hovstallet, situé dans les écuries royales, permet d’admirer les carrosses royaux. Et pour ceux qui aiment l’air marin, le marché de l’île de Sandhamn vous donne l’occasion de faire une escapade dans l’archipel en face de la capitale.

Göteborg, deuxième ville de Suède, offre le plus grand et le plus spectaculaire marché de Noël du pays ! Celui de Liseberg, le célèbre parc d’attractions. À moins d’opter pour l’ambiance particulière d’un manoir du 19e siècle ? Dans ce cas, il faut se rendre dans le sud de Malmö, au marché de Katrinetorp.

Lire également notre article Noël magique à Göteborg et sur la côte ouest de la Suède

Islande

Islande
© surangaw - Fotolia

Passer les fêtes de fin d’année en Islande, c’est la certitude de vivre un Noël vraiment atypique.

Là-bas, les festivités ne commencent que la veille de Noël, le 24 décembre, pour se terminer le 6 janvier, 13 jours après Noël. Exit le père Noël, place aux 13 lutins, les Jólasveinar. Ils descendent chacun leur tour de la montagne pour apporter des cadeaux aux enfants. Les petits Islandais mettent leurs chaussures à la fenêtre treize jours avant Noël, dans l’espoir d’avoir un présent chaque jour…

Reykjavík, la capitale, brille de mille feux, comme pour compenser l’obscurité des journées très raccourcies. L’île compte deux principaux Villages de Noël, où l’on peut boire du jolaglogg (vin chaud épicé) : à Reykjavík bien sûr, et à Hafnafjörður, ville pittoresque dans un paysage de lave (www.hafnarfjordur.is).

L’atmosphère devient vibrante le 23 décembre, avant de retomber dans le calme du 24 au 26 décembre. Ce soir-là, les rues sont fermées à la circulation et les magasins ne baissent le rideau qu’après minuit. L’occasion de se balader dans un décor enchanteur et de faire ses achats de dernière minute.

Aurores boréales et raie faisandée

Plus vous roulez vers le Grand Nord, plus les éclairages de la ville laissent place à une autre lumière, celle des aurores boréales (si le temps est clair). Les givres et les brumes, fréquents en décembre, apportent une dimension féerique au paysage islandais.

Côté gastronomie aussi, les coutumes divergent. En Islande, on ne mange pas de foie gras mais de la traditionnelle raie faisandée, à déguster le 23 décembre très précisément. Tous les bons restaurants proposent des buffets de Noël croulant sous l’agneau fumé, les perdrix des neiges (Rjupa) et la viande de renne. Goûtez aussi au laufabrauð, sorte de galette de blé frite très fine, dont les motifs sont ciselés à la main.

Le réveillon du 31 décembre est quant à lui presque chronométré. Les Islandais ne plaisantent pas avec cette folle nuit d’ivresse ! Après un repas en famille, ils se réunissent de 20 h 30 à 22 h autour de grands bûchers disséminés un peu partout dans la capitale et entonnent des chants traditionnels islandais. Puis, vers 23 h, ils reprennent possession des rues pour une orgie de feux d’artifice, avant de faire la bringue jusqu’au petit jour. La seule occasion de voir le côté déjanté des Islandais.

Lire notre idée week-end Reykjavik 
Consulter notre guide en ligne Islande

Texte : Sarah Négrèche

Marchés de Noël et réveillons - Les aticles à lire