Les routes mythiques

Routes mythiques : Europe

De la péninsule ibérique au grand Nord scandinave, voici des routes mythiques à parcourir inlassablement et intégralement !

Les chemins de Compostelle (France, Espagne)

Les chemins de Compostelle (France, Espagne)
Pèlerin à Hospital de Orbigo © Gena - Fotolia

Le succès des randonnées sur les chemins de Compostelle n’est plus à démontrer. On emprunte idéalement ces derniers à pied – tout ou partie –, mais aussi à cheval, à vélo, ou encore selon des moyens motorisés, ce qui a moins de charme. Car placer ses pas sur ceux des pèlerins du Moyen Âge vous fait découvrir des paysages naturels de la plus agréable des façons.

Au 9e siècle, l’Église affirme avoir mis au jour le tombeau de saint Jacques, l’un des apôtres de Jésus. De toute l’Europe vont peu à peu affluer des fidèles qui accomplissaient ainsi un acte de foi demandant beaucoup de courage. Les routes étaient alors peu sûres.

À partir de la Renaissance, ce pèlerinage décline pour reprendre au milieu du 20e siècle, époque où l’on détermina quatre grandes routes sur la foi d’un ouvrage médiéval qui indiquait les voies les mieux équipées du point de vue de l’accueil des marcheurs en France – elles se rejoignent au début du Camino Francés, en Espagne.

Elles sont aujourd’hui valorisées et sur leur tracé, vous trouverez aussi bien des hébergements que des sites remarquables liés à l’histoire du pèlerinage, en premier lieu des églises, évidemment. Ceux-ci, comme les panneaux figurant sur les chemins, arborent le symbole de la coquille Saint-Jacques comme signe distinctif.

Trajets principaux :
Chemin de Tours ou Via Turonensis : Paris (tour Saint-Jacques), Orléans ou Chartres, Tours, Poitiers, Bordeaux, Ostabat, Saint-Jean-Pied-de-Port, col de Roncevaux, Puente la Reina.
Chemin de Vézelay ou Via Lemovicensis : Vézelay, Nevers ou Bourges, Limoges, Périgueux, Ostabat, Saint-Jean-Pied-de-Port, col de Roncevaux, Puente la Reina.
Chemin du Puy ou Via Podiensis (la plus fréquentée) : Le Puy-en-Velay, Conques, Cahors ou Rocamadour ou Villefranche-de-Rouergue, Condom, Arthez-de-Béarn, Ostabat, Saint-Jean-Pied-de-Port, col de Roncevaux, Puente la Reina.
Chemin d'Arles ou Via Tolosana : Arles, Montpellier, Toulouse, Auch, Oloron, col du Somport, Jaca, Puente la Reina.
Camino Francés : Saint-Jean-Pied-de-Port, Puente la Reina, Logroño, Burgos, León, Santiago de Compostela.
Lire notre dossier sur les chemins de Compostelle

Nibelungen-Siegfried Strasse (Allemagne)

Nibelungen-Siegfried Strasse (Allemagne)
NibelungenBridge à Worms © Toreu - Fotolia

De la vallée du Rhin à la Bavière, en traversant les massifs de l'Odenwald et du Pfälzerwald, un circuit d’environ 300 km vous invite à plonger au plus près des racines de la culture germanique. Si vous êtes fan d’opéra, vous les connaissez bien car Richard Wagner en a tiré une fameuse tétralogie, Der Ring des Nibelungen. Le grand héros en est Siegfried, un chevalier qui combattit entre autres un dragon.

La Route de Siegfried et des Nibelungen part de Worms et se subdivise en deux tronçons après Lorsch et qui se rejoignent à Wurtzbourg. Ils forment donc ensemble une boucle.
C’est l’un des plus beaux coins d’Allemagne que l’on parcourt : des vignes, des châteaux, des villages et villes dont les rues sont ornées de maisons à colombages, des églises, ainsi que des forêts d’une profondeur telles qu’elles vous envoûtent…

Notez qu’on cultive particulièrement la mémoire du mythe des Nibelungen et de Siegfried à Worms (musée, festival…). Si l’on en croit la légende, un trésor a été jeté dans le fleuve qui passe par cette ville. Sachez que personne n’a encore trouvé l'or du Rhin…

Trajets
-Siegfriedstraße : Worms, Bürstadt, Lorsch, Fürth, Grasellenbach, Mossautal, Beerfelden, Hesseneck, Amorbach, Walldürn, Buchen, Tauberbischofsheim, Würzburg.
-Nibelungenstraße : Worms, Bürstadt, Lorsch, Bensheim, Lautertal, Lindenfels, Reichelsheim, Michelstadt, Erbach, Miltenberg, Freudenberg, Wertheim, Würzburg.
Consulter notre guide en ligne Allemagne

Routes de l'Aigle et des Trolls (Norvège)

Routes de l'Aigle et des Trolls (Norvège)
© AlexanderNikiforov - Fotolia

Les majestueux paysages de l’ouest norvégien vous en mettent plein la vue le long des 106 km de la route nationale 63. Suivant un axe sud-nord, vous partez du lac Langvatnet pour entamer un parcours à travers des montagnes.

La Route de l'Aigle est sa première partie : attention ça grimpe ! Les points de vue sont époustouflants, notamment sur le fjord Geiranger, le mont Dalsnibba et la spectaculaire cascade des Sept Sœurs – il y aura d’autres chutes d’eau sur votre chemin... À Eidsdal, vous traversez le fjord de Norddal à bord d’un ferry qui vous mène à Linge.

Également raide, la Route des Trolls vous attend avec ses montagnes escarpées portant des noms évocateurs : Kongen (le Roi), Dronningen (la Reine), Bispen (l'Évêque)…

Le trajet s’arrête à Åndalsnes, où la rivière Rauma se jette dans le fjord Romsdal. Près de cette localité s’élève le Trollveggen, une paroi rocheuse dont l’à-pic est de 1 100 m. C’est le plus haut d’Europe.

Trajet : Langvatnet, Geiranger, Eidsdal, Linge, Valldal, Åndalsnes.

Pour en savoir plus : www.nasjonaleturistveger.no/en/routes/geiranger-trollstigen
Lire notre reportage sur la région du Geirangerfjord

La Kystriksveien (Norvège)

La Kystriksveien (Norvège)
© Andrey Armyagov - Fotolia

Passer le Cercle polaire en suivant une route aux paysages constamment puissants, c’est ce qu’offre la route nationale 17 (Rv 17) lorsque vous pénétrez dans la région du Helgeland. Courant le long de la côte, elle vous fait traverser d’innombrables fjords à l’ombre de hauts sommets.

Surnommée Kystriksveien – route nationale côtière –, comptabilisant 630 km, la Rv 17 va, dans le sens sud-nord, de Steinkjer (Nord-Trøndelag), près de Trondheim, à Bodø (Nordland). Longtemps axe vital pour les contrées septentrionales de Norvège, elle est maintenant essentiellement empruntée par des touristes en auto ou à vélo – une voie plus rapide, la E6, traverse le pays par l’intérieur des terres.

Notez qu’elle vous amène à prendre une demi-douzaine de ferrys sur la totalité de son tracé. C’est d’ailleurs à bord de l’un d’eux, entre Kilboghamn et Jektvik, que vous franchissez le cercle arctique. 
Arrivé à Bodø, ne manquez pas d’aller pêcher de beaux frissons dans les eaux tourbillonnantes du Saltstraumen, lequel est le maelström le plus puissant du monde.

Trajet : Steinkjer, Namsos, Rørvik, Brønnøysund, Sandnessjøen, Mo i Rana, Bodø.
Plus d’infos : www.kystriksveien.no
Consulter notre guide en ligne Norvège

Hringvegur, Route 1 (Islande)

Hringvegur, Route 1 (Islande)
© anderm - Fotolia

La route 1, dite circulaire, fait un tour complet de l’île d’Islande. Longue de 1 340 km, elle dessert la plupart des sites à voir dans ce pays en passant par des paysages sauvages formés par son activité volcanique.

Reykjavík est son point de départ. Depuis cette capitale, on part découvrir les fjords de l’ouest et de la vallée de Borgarfjörður (villages de pêcheurs, réserves naturelles riches en oiseaux).

On atteint ensuite les vallées et montagnes du nord ou d’autres fjords comme le Eyjafjörður. C’est une terre de randonnée sur les côtes de laquelle on voit des phoques et des baleines.

La route permet de découvrir des fjords et des glaciers comme le Vatnajökull, puis au sud, les deux volcans les plus actifs du pays, le Hekla et le Katla, ainsi que le site de Geysir, le geyser emblématique de l’Islande. Des thermes à l’air libre y sont nombreux.

Trajet : Reykjavik, Borgarnes, Blönduós, Akureyri, Egilsstaðir, Höfn, Selfoss, Reykjavik.
Consulter notre guide en ligne Islande

Texte : Michel Doussot

Voyages de rêve - Les articles à lire