Le meilleur du Bhoutan

Le meilleur du Bhoutan : Punakha

Le meilleur du Bhoutan : Punakha
Dzong de Punakha © kardd - Fotolia

Capitale politique du pays jusqu’en 1955, aujourd’hui encore siège hivernal du je khempo (l’autorité bouddhiste suprême du Bhoutan), la vallée de Punakha, à 1 300 m d’altitude, bénéficie d’un climat inhabituellement clément. Bananiers, orangers et mandariniers en témoignent.

Première approche : franchissant la rivière Punatshang, roulant ses eaux frigides, un pont suspendu mène à un sentier grimpant vers le grand chorten Khamsun Yulley Namgyal (30-40 mn), de style tibétain, coiffé par une forte flèche dorée. L’édifice ne manque pas d’allure, mais on y monte avant tout pour la vue sur les montagnes, la vallée et la campagne intemporelle griffée de terrasses — un panorama divinement bucolique.

Punakha même ne déborde pas de charme. On la dépasse volontiers, remontant jusqu’au confluent du Pho Chhu et du Mo Chhu, rivières « mâle » et « femelle » dont l’union donne naissance à la Punatshang, le principal cours d’eau du pays.

En ce lieu symbolique se dresse le très solennel dzong de Punakha, le deuxième plus ancien du Bhoutan après celui de Simtokha (1636-37). Les rois y sont couronnés et le dernier monarque y a célébré ses noces et présenté son premier fils au monde. On y accède par un pont couvert et un escalier très raide menant à une énorme porte de bois, fermée chaque soir. À l’intérieur : trois cours, une tour centrale et un temple à la forêt de colonnes dorées.

Coup de cœur :

Vers le mois de mai, les jacarandas qui bordent la rivière, au pied des murailles du dzong de Punakha, se couvrent de bouquets de fleurs violètes. Superbe !

Texte : Claude Hervé-Bazin

Bhoutan Les articles à lire

Services voyage