Randonnées gourmandes en France

Randos gourmandes : campagne et forêt

Fruit, légumes, champignons, dont la précieuse truffe… Quelques randos en France pour se mettre au vert, dans tous les sens du terme !

Le marron d’Olargues (Hérault)

Le marron d’Olargues (Hérault)
Olargues © aurelief63 - Fotolia

5 h, 15 km, balisage jaune, depuis le centre scientifique Cebenna d’Olargues.

Descendre au sud vers le Jaur à travers châtaigneraies et vergers. Par les combes et les sentiers muletiers, rejoindre La Salle et monter à l’est par les cols Fumat et Bacoulette jusqu’au réservoir de Malviès et son col. Rejoindre Olargues par une draille dans les châtaigneraies.

Aliment du Haut-Languedoc depuis 6 000 ans, le fruit de la châtaigne est séché dans un sécadou. Son arbre prospère jusqu’à 800 m d’altitude. La grosseur et la suavité du marron d’Olargues ont fait sa réputation.

L’Hérault à pied, éd. FFRP 2012

Lire notre article sur le Haut-Languedoc

Le cresson de Chalo-Saint-Mars (Essonne)

Le cresson de Chalo-Saint-Mars (Essonne)
Cressonnière aux Boutards © I. Glâtre - CDT de l'Essonne

2 h 40, 8 km, balisage blanc-rouge, depuis l’église de Chalo-Saint-Mars.

Sortir vers l’ouest et la Croix Saint-Jacques, puis remonter au nord-est vers Saint-Hilaire. Par la ferme d’Ardenne et les Boutards, retraverser la Louette vers le manoir du Tronchet pour revenir par l’itinéraire de départ.

Les cressonnières ne manquent pas sur ce parcours qui bénéficie de l’eau de source indispensable à sa qualité. Cueillie en hiver dans l’eau glacée, cette « herbe de la santé » est délicieuse en salade, en soupe et en tarte. Le cresson est également un tonique capillaire et atténue les taches de rousseur.

L’Essonne à pied, éd. FFRP 2011  

La pomme du Tourteronnais (Ardennes)

La pomme du Tourteronnais (Ardennes)
© JM Lecomte - CCCPA

5 h, 20 km, balisage bleu, orange, depuis l’église de Tourteron, 24 km nord de Vouziers.

Remonter vers le nord et Guincourt, puis redescendre à l’ouest par le circuit des vergers en direction de Suzanne. Franchir le Saint-Lambert et poursuivre vers l’est et Lametz. Le retour se fait à travers les bois et la campagne profonde, jusqu’à Tourteron.

Moins connue que la pomme normande, la pomme du Tourteronnais est cultivée sur une dizaine d’exploitations. 5 000 tonnes de fruits, dont des golden, melrose et jonagold, et des poires conférences. À croquer et déguster sous toutes les formes.

Les Ardennes à pied, éd. FFRP 2013

La truffe de Sorges (Dordogne)

La truffe de Sorges (Dordogne)
Écomusée de la Truffe © Mairie de Sorges et Ligueux

3 h 30, 14 km, balisage jaune, depuis le parking de l'écomusée de la Truffe de Sorges et Ligueux en Périgord

Traverser la RN21  par le passage protégé, dirigez-vous à gauche vers la Borie au carrefour du giratoire, puis continuer sur 50 mètres, emprunter le chemin de terre à droite en suivant le fléchage. Aller vers La Pelleterie, puis remonter vers le nord et La Kabylie. Se diriger au sud-ouest par le manoir des Pautys jusqu’aux abords du château privé de Jaillac. Continuer plein est vers Laudinie, Veynas et Bizol, d’où l’on remonte à travers champs jusqu’à Sorges.

L’Écomusée de la Truffe à Sorges vous initie à cette culture déjà appréciée des Grecs et des Romains. Les arômes de la tuber melanosporum font se pâmer les gastronomes. On trouve ce « diamant noir » sous les chênes et autres arbres ainsi que sur tous les dimanches matin de décembre et janvier aux marchés aux truffes et à la grande fête de la truffe le dernier dimanche de janvier à Sorges et Ligueux en Périgord.

La Dordogne à pied, éd. FFRP 2015

Les cèpes du Béarn (Pyrénées-Atlantiques)

Les cèpes du Béarn (Pyrénées-Atlantiques)
© Francine Magrou - Office de Tourisme Communautaire du Pays de Nay

3 h, 11 km, balisage jaune, depuis la bastide de Bruges.

S’enfoncer dans le Béarn profond des coteaux boisés et des bocages solitaires. Emprunter le chemin de Bordeaux par la ferme Garié puis Mifaget. Le chemin de Caumont longe la forêt. Ouvrir l’œil au pied des chênes et des fougères. Traverser le Béez et revenir par le chemin de Latrau.

Nulle part ailleurs le cèpe ne développe un tel parfum ! Hélas il est recherché… Autrefois donné aux cochons, il fait sauter les prix au marché. Conseils : se renseigner sur la météo, se lever tôt matin et surtout couper le cèpe au ras du mycelium.

Le Béarn à pied, éd. FFRP 2010

Les chanterelles de Carnelle (Val-d’Oise)

Les chanterelles de Carnelle (Val-d’Oise)
© hans_chr - Fotolia

4 h, 16,5 km, balisage jaune, depuis le parking du Lac Bleu.

Par la rive gauche du Lac bleu et les routes des chasses royales, rejoindre le carrefour de Vauréal puis Saint-Martin-du-Tertre. Continuer au nord vers Asnières-sur-Oise. À l’ouest, se diriger vers le carrefour Louis et la maison forestière de la Pelouse-de-Nointel. La route des Princes et le carrefour Neuf permettent de revenir au parking. 

Plus facile à identifier que la russule, la chanterelle ou girolle jaune est reconnaissable en forêt, sur talus moussu et en lisière. Délicieuse en omelette ou en accompagnement d’un rôti de veau…

Le Val d’Oise à pied, éd. FFRP 2013

Ces indications de randonnées ne peuvent remplacer l’utilisation d’un topoguide ou d’une carte IGN. www.ffrandonnee.fr


Texte : Anne-Marie Minvielle

Randonnée et trek - Les articles à lire