Les trains mythiques

Le Transsibérien

Moscou-Vladivostok

Transsibérien © Claude Hervé-Bazin
© Claude Hervé-Bazin

Avec plus de 9 200 km parcourus entre Moscou (gare Iaroslav) et Vladivostok, près de mille gares et sept fuseaux horaires traversés, le Transsibérien est le chemin de fer le plus long du monde. Et assurément l'un des plus fameux. Un train de légende, vieux de près d'un siècle, et, qui, bien heureusement, ne s'est toujours pas travesti en train de luxe.

Le Transsibérien a su conserver son caractère authentique. Au fur et à mesure qu'il progresse vers l'est, il cueille sur son passage paysans ouzbeks ou kazakhs, nomades mongols, commerçants chinois et quelques soldats russes. Dehors se succèdent les différents paysages de la Sibérie : les monts Oural, la Taïga et ses immenses conifères, le lac Baïkal (que le train longe sur 200 km), le fleuve Amour, les steppes sans fin d'Asie centrale, etc.

Les travaux débutent en 1891, mais ce n'est qu'en 1916 (soit un an seulement avant la révolution bolchevique) que le projet d'une Russie unifiée par le rail est enfin réalisé. Les Russes en sont très fiers. C'est, après tout, l'une des plus grandes réalisations de l'histoire du pays.

Voyager à bord du Transsibérien est une expérience unique. Il y a trois classes : la première avec des cabines à deux lits (compter au moins 600 € pour le trajet intégral d'une semaine jusqu'à Vladivostok), la seconde avec des cabines à quatre lits et la troisième avec des lits en dortoir.

Plusieurs trains circulent sur la ligne du Transsibérien. Mais c'est le train « Rossiya » n° 1 /2 qui incarne le Transsibérien classique.

Après être passé par Irkoutsk et avoir longé le lac Baïkal, le Transsibérien permet une connexion à Ulan Ude avec deux autres trains : le Transmongolien, qui relie Pékin via les steppes de Mongolie et le désert de Gobi, et le Transmandchourien qui se rend à Pékin par la Mandchourie.

Les infos sur les tarifs et les horaires se trouvent sur le site des chemins de fer russes . Consulter aussi le site du Transsibérien et de l'agence Espace Transsibérien. Pour en savoir plus, lire notre reportage sur le Transsibérien.

Les articles à lire